Haveli Le Prince, voyage <br>initiatique au Shekhawati

Haveli Le Prince, voyage
initiatique au Shekhawati

C’est une faille spatio-temporelle qui s’impose, sublime, devant nos yeux. Un véritable saut dans le temps qui débute en Inde, dans l’État du Rajasthan et plus précisément dans son nord-est en la région semi-aride du Shekhawati. Un parcours initiatique, vécu il y a une vingtaine d’années par Nadine Le Prince. C’est à Mandawa que la peintre découvre pour la première fois les havelis. De somptueuses maisons au style architectural unique, construites au XVIIIᵉ et au début du XIXᵉ siècle, autrefois propriétés de riches commerçants. Le coup de foudre est immédiat. Elle ne repartira plus. Mieux. L’artiste s’énamoure de l’une d’entre elles dans la ville de Fatehpur. L’haveli des Devra – du nom du commerçant à qui elle appartenait – devient l’haveli Le Prince et entreprend une véritable renaissance… qui s’accélère à l’arrivée en 2015 de Cécile Charpentier, restauratrice émérite ! Avec son aide, Nadine Le Prince excave les trésors oubliés de la bâtisse en menant, année après année, une restauration titanesque utilisant d’ancestrales techniques. Fresques, boiseries, carrelages, ornements… Les atouts de l’impressionnant édifice se dévoilent enfin, imposants, de couleurs hypnotisantes, et parfois surprenants. Une abondance visuelle dont seule une décoration prônant l’esprit originel – chinée chez des antiquaires locaux – et rehaussée d’une touche de modernisme minimaliste pouvait s’accommoder. Car en plus d’être un véritable cours d’histoire à elle seule, l’haveli Le Prince se vit. En ouvrant ses chambres aux voyageurs avides de culture de l’art, l’établissement – disposant de tous les attributs d’un hôtel – souhaite également faire rayonner les talents indiens et français au sein de sa galerie. Une expérience magique qui illustre au summum notre envie de vous faire voyager et dont les images à suivre valent mieux que mille mots.

Haveli Le Prince, District Sikar – 332301 Fatehpur. Réservations par WhatsApp au (+91).98.29.89.04.49 et sur  www.leprincehaveli.com

Intérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Intérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Extérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Extérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Intérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Intérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Extérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati

Nadine, Cécile, qui êtes-vous ? Quelle est l’histoire qui vous lie au Shekhawati ? 

Nadine

Je suis peintre et j’ai commencé à voyager en Inde il y a une quarantaine d’années. D’abord au sud, puis très vite vers le nord pour finalement atteindre le Rajasthan. Le Shekhawati, j’y suis arrivée presque par hasard. C’était une région inconnue des touristes. J’ai donc atterri dans le seul endroit où l’on pouvait se loger : le palais de Mandawa. Voyant que j’étais très curieuse, mon hôte, un raja, m’emmena à une fête de village puis à la découverte des haveli. Le souvenir que j’en garde est extraordinaire ! Toutes ces splendeurs endormies, les palanquins recouverts de toiles d’araignées et les peintures sous la poussière… Il y avait des villages entiers avec ces maisons laissées à l’abandon.

Cécile

Je suis restauratrice. J’ai commencé par les peintures de chevalet pour les musées de France puis, très vite, je me suis tournée vers les fresques et les peintures murales. Deux choses m’ont amenée en Inde : le yoga et un projet de restauration d’églises portugaises à Goa. En arrivant sur place, je fus désenchantée à la vue des plages saccagées par la pollution. J’ai vite eu la sensation que la restauration n’était pas vraiment une priorité. J’ai par la suite rencontré Nadine par l’intermédiaire d’une amie. Puis rapidement, je suis venue dans le Shekhawati. Arrivée sur place, impossible de repartir. J’étais fascinée par la richesse culturelle de cette région laissée à l’abandon !

Comment a débuté le projet de l’haveli Le Prince? 

Nadine

Le Rajasthan est particulièrement fascinant. Pour un peintre, c’est un enchantement de couleurs. La lumière y est incroyable et l’on peut encore y voir des hommes et des femmes en habits traditionnels. J’organisais beaucoup de voyages pour mes amis artistes et, très vite, j’ai eu envie d’aller plus loin en installant un atelier de peinture ainsi qu’un centre culturel. En travaillant dans cette haveli, j’ai mis en place des échanges entre Paris et l’Inde avec des expositions croisées d’artistes indiens et français.

Extérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Extérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Intérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Intérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati

Ce projet participe entre autres d’une prise de conscience écologique, l’une des premières causes de dégradation étant la pollution liée aux déchets non traités.

Extérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Extérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Extérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati

Quelle est l’histoire de cette haveli ?

Nadine

Elle daterait du début du XIXᵉ siècle et appartiendrait à la famille Devra, considérée comme l’une des plus riches familles de marchands de Fatehpur. Monsieur Devra aimait énormément les femmes et avait beaucoup de concubines. Une des fresques de la première cour le montre en train de mettre son turban. Je l’imagine donc comme quelqu’un d’assez coquet. À Fatehpur, il existe différents types d’havelis en fonction des époques mais aussi des croyances. Elles sont construites et regroupées par quartiers de religions (musulmans, hindous), mais aussi de castes. Ce qui est fascinant, c’est que le temps influence les détails architecturaux. Ainsi, le début du XXᵉ siècle voit apparaître des balcons en fonte, voire des ajouts art déco !

Parlez-nous plus en détail de sa restauration.

Nadine

L’haveli était fermée depuis des dizaines d’années. Les extérieurs étaient très abîmés par les vents de sable et le soleil. Quant à l’intérieur… le travail était tout simplement titanesque ! Les cuisines de la deuxième cour avaient noirci les murs, les peintures restantes étaient enfouies sous la poussière, beaucoup de pigments avaient disparu. Seules les chambres étaient en assez bon état. Les anciennes havelis ont l’avantage d’être facilement restaurables. Elles sont très solides car construites avec des matériaux adaptés aux contraintes de la région. Par exemple, la brique recouverte d’enduit convient à l’humidité et aux fortes chaleurs. C’est une chance que nous avons eue concernant les peintures. Nous avons pu retrouver le dessin original car les peintres creusaient d’abord un sillon dans l’enduit frais avant d’y appliquer les couleurs. Ce qui est aussi le cas des murs extérieurs qui sont peints à fresque, une technique qui a quasiment disparu en Inde. C’est là que les choses se sont compliquées, car il a fallu trouver des artisans et des artistes qui avaient le savoir-faire nécessaire. Grâce à Cécile, ce qui a été effectué est sans commune mesure avec ce que j’avais commencé à faire avec les artisans de la région. À la première mousson, tout avait — littéralement — fondu !

Cécile

Le travail était en effet assez colossal, mais surtout fascinant. Techniquement, il reste encore beaucoup à explorer. Outre la peinture à fresque, les artisans de l’époque utilisaient par exemple une technique d’enduit nommée l’Arayish en utilisant de la poudre de marbre et de coquillages. Les pigments étaient ensuite directement incorporés dans cette préparation. Cette technique fut initialement introduite par les Perses et on la retrouve beaucoup en Afrique du Nord. Le rendu final donne un effet lustré proche de la céramique, très doux au toucher. 

Nadine Le Prince Portrait Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Extérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Haveli Le Prince, voyage <br>initiatique au Shekhawati
Extérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Intérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Intérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Intérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati

Que racontent les peintures murales ?

Nadine

Non seulement l’histoire du propriétaire et de sa famille mais aussi celle des dieux qu’ils vénéraient, ainsi que les événements marquants de la région (les guerres, les célébrations, etc.). On retrouve également énormément la figure de Krishna, très populaire ici, et quelques tableaux du Ramayana. C’est impossible à résumer en quelques lignes tant il y a de détails et d’anecdotes ! D’autant plus que les peintures suivent les époques. L’arrivée des Anglais donne lieu à des interprétations plutôt savoureuses d’une culture inconnue des peintres.

Qu’est-ce que le Shekhawati Project ?

Cécile

En arrivant ici en 2015, j’avoue avoir eu une profonde remise en question. Ce genre de restauration prend énormément de temps et coûte très cher. Il m’est donc venu l’idée d’un « chantier école ». Le concept, à savoir utiliser cette haveli comme un laboratoire de recherche sur la restauration a été rendu possible grâce à un système d’échanges internationaux avec des étudiants. L’Institut national du patrimoine à Paris, l’Université polytechnique de Valence : les premières écoles à avoir collaboré avec nous sont européennes. Puis, de fil en aiguille, les partenariats se sont élargis… jusqu’à l’Australie ! Nous accueillons peu d’élèves, quatre ou cinq pour un ou deux encadrants. Les conditions d’apprentissage sont idéales, et réparties de fin septembre à fin mars, car nous sommes tributaires des moussons. Pour financer ce projet et proposer des modules de formations à des universités indiennes, notre association essaie de lever des fonds. Le but est de sensibiliser les consciences à propos de ce patrimoine important à préserver qui pourrait susciter l’intérêt de l’Unesco. Nous nous sommes d’ailleurs rendu compte que cette initiative avait déjà commencé à fédérer beaucoup d’autres personnes dont des jeunes femmes indiennes, étudiantes en architecture du patrimoine notamment, qui y voient aussi des opportunités de carrière. 

Intérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Intérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Intérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Intérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati

Comment aborder la notion de patrimoine et de restauration en Inde ?

Cécile

La notion de patrimoine est très différente en Inde. L’Intach (Indian National Trust for Art and Culture Heritage) s’attache à perpétuer les savoirs manuels mais aussi artistiques, tandis qu’en Europe de nombreuses techniques disparaissent par manque d’enseignement ou de transmission. Je pense, par exemple, à la peinture à l’huile ou la peinture à l’œuf qui ne sont plus enseignées aux Beaux-Arts. Disons que la pensée indienne s’attache à sauvegarder un savoir-faire plutôt qu’à préserver la matière originale. Il leur semble donc naturel de repeindre certains lieux qui, en Europe, feraient l’objet d’une conservation-restauration. En ce sens, les pensées indienne et occidentale sont donc assez complémentaires. 

Nadine

Effectivement, les Indiens ont un autre rapport au passé. Ils ne s’occupent que du présent ! Mais nous restons malgré tout persuadés que ces havelis constituent un patrimoine fabuleux pour les Indiens et la région du shekhawati. Depuis mon arrivée ici, je n’ai de cesse de faire venir les médias locaux et internationaux afin d’attirer l’attention sur la nécessité de préserver ces endroits et les arts en voie de disparition qui y sont associés. 

L’haveli Le Prince, c’est aussi un hôtel particulièrement accueillant. Que s’y passe-t-il tout au long de l’année ? 

Joël

Séjourner dans l’haveli est déjà une expérience en soi ! Et puis il y a la cuisine indienne évidemment, la piscine et le bar dans le jardin. Sans oublier nos galeries où nous exposons les œuvres d’artistes indiens et français. Ensuite, la région elle-même regorge de surprises. Nous proposons des randonnées à moto dans le désert et les villages tribaux des alentours, sans oublier des sorties culturelles pour visiter la multitude de temples et de palais qui nous entourent. Nous organisons aussi des spectacles de musique et de danses indiennes. Fatehpur a la chance d’avoir une troupe d’excellents danseurs et musiciens de tradition classique. L’haveli est aussi ouverte à la simple visite, avec un guide en français ou en anglais. 

Cécile Charpentier Portrait Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Intérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Intérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Intérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Intérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Intérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Extérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Extérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati
Extérieur Haveli Le Prince Rajasthan Shekhawati

Inspiration déco...

« Voyager le monde » <br> 1er épisode

« Voyager le monde »
1er épisode

  •  – Je veux vivre là-bas ! me lance Achille, 9 ans, exalté par une lumière.
  • – Mais là-bas, où ? lui demandé-je.
  • – En Afrique du Sud, maman....

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Socialite Newsletter

Moments capturés. Des intérieurs. Des personnalités. Chaque semaine, seulement pour vous.