Benjamin Paulin, le talent en héritage

Benjamin Paulin, le talent en héritage

Mercredi, le centre Pompidou ouvrira ses portes à la première rétrospective consacrée au travail de Pierre Paulin. Jusqu’au 22 août, 50 années de création seront ainsi détaillées grâce à un fond de mobiliers, d’archives mais également de documents et de dessins dédiés à l’œuvre du créateur, plus particulièrement à son travail s’étendant de 1950 à 1960. Un condensé de style qui éclaire la genèse du designer phare de la deuxième moitié du 20ème siècle, architecte d’intérieur pour les couples présidentiels Pompidou et Mitterrand. De la main à la main en passant par le design industriel, un seul souci : celui du confort. Pour le corps mais aussi pour l’esprit grâce à une recherche constante d’innovation. Plonger dans l’univers Paulin c’est découvrir une nouvelle dynamique à travers un art de vivre coloré, dépouillé ou spectaculaire dont les noms évocateurs n’en finissent pas de nous transporter. Alors on n’hésite pas à s’envoler vers l’univers de Benjamin, fils unique du maître. Artiste de son état, lui aussi a du talent à revendre. Rencontre au détour d’un siège F444.

Un mobile en apesanteur côtoie une lampe, chez Benjamin Paulin
Irène, Alice et Benjamin Paulin dans la cuisine
Un livre objet consacré au père de Benjamin, Pierre Paulin
L'art de la table chez Benjamin Paulin
Des lignes et des contrastes chez Benjamin Paulin

Benjamin, peux-tu te présenter ?

Benjamin

Je bricole de la musique et des textes depuis pas mal de temps. D’abord avec mon groupe PUZZLE. Puis sous d’autres noms : Le Vrai Ben, Benjamin Paulin et bientôt “Meilleur Espoir Masculin”. Enfin, j’aide ma mère depuis quelques années à gérer l’œuvre de mon père, Pierre Paulin, au sein de la structure familiale Paulin, Paulin, Paulin.

Quelle a été ton éducation par rapport à la déco, au mobilier ?

Benjamin

Je n’ai pas eu de formation à proprement parler mais je pense que le fait d’infuser dans l’œuvre de mon père m’a l’a fait assimiler tout naturellement.

Quel style t’inspire ?

Benjamin

Celui de ma femme, Alice Lemoine, styliste de Le Moine Tricote. J’aime sa manière d’associer les époques, de mélanger les genres et finalement de ne pas être à la merci des tendances. Alice arrive à beaucoup de recul sur ses choix et de justesse. Elle se projette totalement, moi je suis plus instinctif.

Où aimes-tu passer du temps chez toi ?

Benjamin

J’aime la chambre de ma fille, Irène. C’est un endroit que nous avons pensé et entièrement bâti Alice et moi. Surtout Alice en fait.

Comment as-tu conçu l’espace en termes de mobilier ?

Benjamin

Nous avons essayer de ne pas céder à la tentation de tout meubler en Paulin et de garder aussi une cohérence par rapport au style de notre petit appartement parisien. Je crois qu’on a tenté de faire un espace où il n’y a rien que le nécessaire. Les gens ne veulent pas croire que notre appartement est aussi petit tant il est bien disposé.

Une chaise F444 signée Pierre Paulin chez Benjamin Paulin
Les tenues de la petite Irène, chez Benjamin Paulin
Au détour de la cuisine, un plan de travail en bois chez Benjamin Paulin

La pièce pas chère dont tu es le plus fier ?

Benjamin

Alice a trouvé des chaises sur eBay signées par un designer suisse allemand dont je ne me souviens plus le nom, quasi inconnu. Ses chaises sont magnifiques autour de la table à manger.

Celle de tes rêves les plus fous ?

Benjamin

Peut être un des meubles de Verner Panton chez qui je jouais à Bâle lorsque j’étais enfant. C’est un beau souvenir. Les meubles de mon père aussi sont comme ça, les enfants et les animaux les adoptent instinctivement. C’était son plus grand plaisir.

Est-ce facile de concilier vie de famille et jolie déco ?

Benjamin

Ma fille aime beaucoup la décoration, elle fait principalement de l’enduit a base de boudoir a la fleur d’oranger. La chatte, Pipi, se charge quant à elle de vieillir les tapis et les housses de revêtements. Une bonne équipe.

Quel est ton coup de coeur du moment ?

Benjamin

Les tabourets conçus par Sanaa pour le Teshima Museum.

Ta devise préférée ?

Benjamin

L’euro.

Un resto à nous recommander ?

Benjamin

Table, le restaurant de Bruno Verjus à côté du marché d’Aligre.

Tes projets à venir ?

Benjamin

Forcément, l’exposition Pierre Paulin au centre Pompidou qui débute dès demain. Mais aussi mon nouveau projet : Meilleur Espoir Masculin. Et puis, peut-être un petit frère pour Irène ?

Pierre Paulin
Du 11 mai au 22 août 2016
11h00 à 21h00
Galerie 3 – Centre Pompidou, Paris

Crédits : Constance Gennari

Des photos noires et blanches sur du bois, chez Benjamin Paulin
Une poignée de porte dorée, chez Benjamin Paulin
Un mobile au motif baleine, chez Benjamin Paulin
Retour dans la cuisine, chez Benjamin Paulin

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Socialite Newsletter

Moments capturés. Des intérieurs. Des personnalités. Chaque semaine, seulement pour vous.