Franca, la céramique libre

Franca, la céramique libre

France Bocognani et Caroline Bartoli sont inséparables. Et elles ont 20 ans de différence d’âge ! « C’est inhabituel en amitié » concèdent-elles en souriant. Inhabituel oui, mais puissant. L’âge est même certainement une des seules choses qu’elles ne partagent pas. Toutes deux originaires de Corse, les deux femmes sont à la tête de Franca. Une aventure identitaire et créative que nous avions eu la chance de découvrir à ses prémices, alors même que les Marseillaises travaillaient encore dans l’atelier de Maggy Champsaur – mère de l’architecte et designer François Champsaur – qui les avaient initiées à l’art ancestral de la céramique. En une année, Franca s’est affirmée. Les « céramistes libres » ont établi leurs quartiers dans celui de Saint-Just d’où elles pilotent désormais depuis une maisonnette leurs collections, reçoivent leurs clients et font découvrir au travers de workshops les coulisses de fabrication d’assiettes ou autres vases à certains curieux. France et Caroline sont de vraies passionnées. Le fait-main fait partie intégrante de leur vie ! Il guide leur âme et leur donne un moyen d’expression grâce à la terre, matière vivante et science non exacte, qui les pousse toujours plus loin. Leurs poteries, délicieusement courbées et irrégulières, sont le reflet d’un imaginaire chargé de références artistiques, de souvenirs d’enfance et de lumière chaude que l’on retrouve dans l’appartement de France. C’est ici, entourées de pièces achetées auprès d’amis – Nicolas Veidig de la Double V Gallery, le collectif d’antiquaires des Puces de Fifi – ou réalisées par leurs soins, que les filles nous reçoivent. Un moment suspendu et joyeux où elles reviennent pour The Socialite Family sur l’esprit de Franca. « Le retour à des objets faits main, simples et qu’on prend le temps de désirer » mais, surtout, un mélange de leurs deux personnalités réunies sous une même identité.

Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre

France, Caroline : qui êtes-vous ? 

France & Caroline

Nous sommes Caroline Bartoli et France Bocognani. Toutes deux originaires de Corse, nous vivons à Marseille. Caroline s’y est installée il y a une dizaine d’années pour y faire ses études et moi j’y suis née. Nous travaillons toutes les deux dans le secteur de la communication. La chose qui nous caractérise le plus et qui nous a sans doute rapprochées, c’est cette habileté manuelle, ce plaisir que nous avons à créer toutes sortes de choses, à modifier, à customiser inlassablement. Des bouquets de fleurs, des broderies… La céramique est arrivée un peu par hasard mais a tout de suite pris une grande place dans nos vies.

Comment vous êtes-vous rencontrées ?

France

Nous avons 20 ans de différence d’âge, ce qui est inhabituel en amitié ! Notre rencontre l’est moins : une amie commune nous a présentées il y a 6 ans. Nous avons commencé par nous retrouver aux mêmes dîners, aux mêmes fêtes, puis nous avons travaillé ensemble ponctuellement sur des événements. Les choses de la vie nous ont rapprochées. À l’occasion d’un week-end effréné à Paris, nous discutions de choses et d’autres au bar de l’hôtel Pigalle. Je crois que c’est à ce moment-là que nous avons évoqué l’idée de créer quelque chose ensemble.

Pourquoi avoir voulu explorer le territoire de la céramique en particulier ?

Caroline

Comme nous avons pu l’aborder précédemment, nous avons toujours eu respectivement cette envie et ce besoin de créer. France confectionnait des chapeaux et des couronnes de fleurs, lorsque je m’attelais à la broderie ou au tissage. L’idée de la céramique a débarqué un jour dans le cabanon de notre ami François Champsaur, designer et architecte d’intérieur, face à un sublime coucher de soleil. Très vite, il nous a offert des cours de céramique avec sa mère, Maggy Champsaur céramiste reconnue à Marseille. Les prémices de notre projet sont apparues à ce moment-là ! Un an plus tard, Franca est née.

Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre

Qui est Franca ?

France

Franca, c’est tout d’abord le prénom d’une fille du Sud, comme nous. C’est très vite devenu comme une évidence pour nous lier sous une même identité. Le « Fran » de France et le « Ca » de Caroline. À la fois ombre et lumière, ténébreuse et solaire, résistante et douce, brune et blonde, un mélange de nos deux personnalités. Franca ou une fille du soleil, comme on aime se l’imaginer !

Avec Franca vous testez différentes techniques en la matière : lesquelles ? Quelles sont les spécificités de chacune ? 

Caroline

Notre professeur Maggy Champsaur nous a avant tout inculqué l’art ancestral de la céramique. Nous modelons, mais utilisons également les techniques du pinçage, de la plaque, du colombin ou de l’estampage pour créer nos pièces. Nous adaptons nos projets à notre savoir-faire et pouvons mixer plusieurs techniques sur une même création. Nous n’excluons pas d’apprendre à utiliser un tour de potier, de nous mettre au coulage et au moulage. France a pu pendant une année mettre en stand-by son activité professionnelle afin d’entamer une formation de décoration en céramique non loin de Marseille, et moi j’ai continué d’apprendre avec Maggy. La céramique est une science infinie, la terre est vivante et peut faire des siennes sans explication. Chaque création parfait notre expérience.

Où allez-vous chercher l’inspiration pour la réalisation de vos créations ? 

Caroline

Dès mon plus jeune âge, une artiste peintre de mon village en Corse m’a plongée dans l’art plastique. Elle organisait chaque été des stages. Nous travaillions la peinture, l’aquarelle, la poterie et nous nous adonnions à tant d’autres activités ! Nous apprenions les bases en reproduisant les paysages des alentours, des natures mortes et tout ce qui pouvait nous passer sous les yeux. Ma mère y a également contribué en m’apprenant la broderie, le crochet et tout ce que j’ai pu faire de mes mains jusqu’à présent. J’aime apprendre ces activités « oubliées » qui refont surface au fil du temps. Mes créations sont inspirées de voyages, de paysages, de souvenirs de mon enfance, d’objets trouvés dans le grenier de mes grands-parents, de rencontres, d’éléments d’architecture… Les artistes tels que Joan Miró, ses couleurs vives et ses formes, les fresques de Fernand Léger, les sculptures vertigineuses et surréalistes de Brancusi, l’architecture brute et l’art abstrait de César Manrique, mais également les céramiques de Matisse et de Picasso m’inspirent et me donnent envie de faire toujours plus, et de découvrir de nouvelles techniques.

France

J’ai toujours eu une attirance pour les arts plastiques. J’ai fait des études d’architecture et je suis fortement influencée par tout ce que j’ai pu étudier. Mes goûts sont éclectiques, avec un penchant pour l’ancien. J’adore chiner, je suis une nostalgique. J’ai fait mes premiers exposés sur Le Corbusier, je suis admirative de toute la production de Charles Catteau, de son style art déco et de sa technique de décoration dite du « cloisonné » que j’aimerais beaucoup développer. J’aime le travail de nombreuses céramistes comme l’Américaine Betty Woodman ou la Française Valentine Schlegel et son superbe travail dans le livre d’Hélène Bertin avec ses démentes cheminées sculptures. Mais je crois qu’après les œuvres de Picasso, c’est Roger Capron dont je ne me lasse pas de découvrir le travail. J’aime tout de cet artiste céramiste.

Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre

Nos créations déterminent nos préférences. J’ai imaginé la collection Dunes, en terres mêlées ainsi que les vases Funghi et Jules & Jim en terre rouge. France a pensé les Bohémiennes et les Végétales, faites avec des empreintes à l’estampage mais aussi nos assiettes décoratives (...)

Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre

Quelles sont les prochaines étapes pour votre jeune projet ?

France

Nous nous sommes installées il y a quelques mois dans notre petit atelier, que nous avons rénové. C’est une maisonnette avec jardin dans le quartier Saint-Just à Marseille ! Nous avons décidé de ne pas avoir d’intermédiaires de vente pour l’instant afin d’échanger avec nos clients, leur raconter notre histoire, leur expliquer notre savoir-faire et les accueillir dans notre atelier lorsque c’est possible. Nous avons peu de stock et avons choisi de produire essentiellement à la commande. Notre objectif est de satisfaire en se faisant plaisir, de proposer des pièces uniques réalisées à la main, pensées en commun et produites par nos soins, ici, à Marseille. Nous organisons de temps à autre des ventes éphémères en collaboration avec certains lieux pour y découvrir des éditions limitées, mais pas que. Beaucoup de projets sont en cours de discussion, nous espérons vivement qu’ils se concrétisent !

À Marseille, où pouvons-nous vous retrouver ? 

Caroline

Marseille est une grande ville et à la fois un petit village. Nous avons nos habitudes dans des endroits chaleureux et authentiques où nous retrouvons souvent les mêmes bandes d’amis. Il faut avant tout goûter le poisson de Céline et Fabien le vendredi midi (si possible) à La Boîte à Sardine, enchaîner avec un apéro au coucher du soleil en terrasse du Café de l’Abbaye face à la rade de Marseille ou chez Viaghji di Fonfon au petit port du Vallon des Auffes. Pour préparer le pique-nique avant le départ pour une balade dans les calanques, stop obligatoire à La Fabriquerie chez Marine, Pierre et Sandi ! Pour un dîner entre amis, direction la Mercerie tenue par Julia, Laura et Harry, la génialissime bande anglo-canadienne, fraîchement débarquée à Marseille, vous pourrez d’ailleurs y déjeuner et dîner dans nos assiettes. Pour ce qui est des emplettes, direction la plus mythique des drogueries Maison Empereur et à quelques mètres, profitez-en pour découvrir l’authentique herboristerie du Père Blaize. Pour les gourmands, direction le quartier du Panier pour déguster les navettes des Accoules chez José Orsoni ou le Vallon de l’Oriol pour les pâtisseries des Bricoleurs de Douceurs.

France

Le samedi, j’aime déjeuner à l’Épicerie L’Idéal. On y mange merveilleusement bien et je m’y sens « comme au village », Julia a ce don de la convivialité. À l’heure de l’apéro direction le Bar de La Relève chez les deux Greg. Je vais régulièrement chiner aux Puces de Fifi. J’y trouve toujours un petit bonheur comme cette tête de taureau en osier des années 1950, cette table basse en carreaux de céramique, mes luminaires… Je ne me lasse jamais d’y aller, c’est un collectif de neuf brocanteurs. Donc neuf univers et neuf personnalités ! Le deuxième endroit qui m’enchante à chaque fois qu’un nouvel artiste y est exposé, c’est la Double V Gallery, créée il y a 3 ans par Nicolas Veidig. Il sélectionne des artistes émergents et j’adore parier sur l’avenir ! J’ai dernièrement acheté une petite pièce d’Ugo Schiavi et un tableau de Caroline Denervaud. Enfin, si je ne devais citer qu’un seul endroit à Marseille, ce serait la pizzeria La Bonne Mère, tenue par Jérémy au four et Mahéva au service. J’y fête tout là-bas ! Tous les prétextes sont bons pour déguster la meilleure pizza du monde. (Rires)

Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre
Franca, la céramique libre

Inspiration déco...

Emmanuelle Oddo et Nicolas Veidig-Favarel

Emmanuelle Oddo et Nicolas Veidig-Favarel

Notre quête de personnalités inspirantes se poursuit à Marseille où nous nous invitons le temps d’un après-midi chez Emmanuelle Oddo et Nicolas Veidig-Favarel. Respectivement à la tête de Piece A Part et de la galerie Double V, deux des...

Vous aimerez aussi

2 commentaires

Collet stephanie, 28 April 2020

Bonjour,
Je suis fan du tableau / broderie « volubilis yucca ». Est-ce une création de Franca ? Où peut-on trouver ce travail? Je trouve cela très beau et d’après une photo, j’en aperçois d’autres. Merci d’avance.

Caroline Balvay, 29 April 2020

Bonjour Stéphanie,

Ces petits tableaux sont des créations de la talentueuse artiste Sophie Kitching que l’on peut trouver chez Piece A Part, l’aventure esthétique et de curation d’Emmanuelle Oddo. Ce sont des peintures sur des herbiers, très beaux extrêmement délicats !

Très belle journée sur The Socialite Family

Ajouter un commentaire

Socialite Newsletter

Moments capturés. Des intérieurs. Des personnalités. Chaque semaine, seulement pour vous.