Le paradis selon l’ArtNoa

Le paradis selon l’ArtNoa

Maison des vins, bar ou encore cave, difficile de poser une étiquette sur ArtNoa. Et c’est tant mieux ! Antoine Vignac est parvenu à créer un écrin parfait pour partager sa passion. Celle des bons crus. Arnoa signifie vin en basque. En rajoutant un ” t “, Antoine joue avec les mots et met en avant les différentes facettes de son lieu, et surtout son envie de partage. Par les cépages évidemment, avec de nombreuses séances de dégustation, mais aussi grâce à l’art, avec des expositions d’artistes de la région, dont un résident : le photographe César Ancelle Hansen. Grâce à une sélection pointue et originale, le moment de l’apéro se transforme, dans le concept-store, en une découverte gustative. Les conseils avisés des sommeliers Matthieu, Idoia et Jenny achèveront, eux, de planter le décor. Le paradis  ? Presque.

L’ArtNoa, 56 rue Gambetta – 64200 Biarritz.

Extérieur Terasse Artnoa Biarritz
Intérieur Cave Artnoa Biarritz
Intérieur Cave Artnoa Biarritz
Cave Vins Artnoa Biarritz
Comptoir Cave Vins Artnoa Biarritz

Antoine, peux-tu expliquer l’ArtNoa ?

Antoine

L’ArtNoa c’est un concept qui a été réfléchi autour de trois choses : un homme, un produit, une histoire. L’homme, c’est le vigneron, le produit, c’est le vin qui en résulte et l’histoire, c’est moi qui la raconte au consommateur. Il faut qu’il y ait une cohérence entre mes connaissances de l’homme qui fait le vin et du terroir sur lequel il travaille. Mon travail c’est de retranscrire les qualités d’un terroir et d’un vigneron auprès d’un consommateur. Nous proposons donc une gamme intimiste. Je connais plus de 90% des vignerons. On s’applique à se déplacer dans le vignoble, goûter et rencontrer les producteurs. Partant sur le créneau de l’apéritif, nous développons une activité bar à vin et champagne, où nous changeons notre sélection de vin au verre toutes les semaines, avec une trentaine de références. Nous proposons également des stages de dégustation. Enfin, dernière nouveauté qui était un peu un rêve d’enfant : une cave à vin vitrée, thermo régulée, à humidité contrôlée qui peut accueillir jusqu’à 600 bouteilles. Cela va nous permettre de servir de grands vins au verre et de les conserver. Il y aura juste 4 bouteilles, et quand ce sera terminé, on changera de grands crus.

Quel est ton parcours ?

Antoine

J’ai fait des études de viniculture, d’œnologie et de commerce international dans les spiritueux. J’ai ensuite travaillé directement chez un des plus grands cavistes français, Pierre Eguiazabal. Grâce à lui, j’ai vraiment pu élargir mon spectre de connaissances et de recherche. Après deux années à ses côtés, j’ai fait un passage à la Revue du Vin de France avant de revenir m’installer ici. En 2007, le projet de l’ArtNoa est né et nous avons commencé dans une toute petite cave de 27m2 pour ensuite nous installer ici, en 2010. Cet été, nous avons eu l’opportunité de nous agrandir et après un mois de travaux intensifs, nous avons rouvert le 15 Juillet.

Tes goûts en matière de vin ?

Antoine

Je vais passer pour un alcoolique, mais moi ce que j’aime dans le vin, c’est le boire, donc il faut qu’il y ait un équilibre parfait entre l’alcool, l’acidité, les tanins. Je suis plutôt à la recherche de la gourmandise. S’il faut être plus de deux pour déguster une bouteille, pour moi c’est qu’il y a un problème. Ce que j’aime dans le vin c’est cette approche buvable ! Comme disait Henri Jayer, un des vignerons qui a le plus contribué à l’évolution du vin moderne, “un grand vin, il peut se boire tout le temps, jeune comme vieux”. Ce que je cherche, c’est cette approche équilibrée sur le fruit, signe de maturité des raisins, la fraîcheur et le côté appétant qui donne envie de boire et reboire.

Antoine Vignac Portrait Créateur Artnoa
Table Cave Vins Artnoa Biarritz
Salle Dégustation Cave Vins Artnoa Biarritz

Au niveau de l’esthétique, quelles étaient tes envies ?

Antoine

Tout d’abord respecter un minimum ce que nous avions fait jusqu’ici, pour que les personnes qui connaissent l’ArtNoa s’y retrouvent. Ensuite, Bertrand Fontaine, mon associé, et moi-même avons tout imaginé, avec l’aide d’un ami architecte Vincent Balhadere. On voulait sortir de l’effet bois/pierres apparentes que l’on retrouve souvent dans les caves à vin, pour une atmosphère plus contemporaine. Nous voulions une couleur maitresse qui représente la terre. Le vert est une couleur forte au pays basque, celle-ci en particulier car c’est un code couleur cher à la Biscaye, le vert Lekeitio. La Biscaye est une des provinces du Pays Basque dont la principale ville est Bilbao. On a joué sur la matière – à la base cette couleur était utilisé dans les anciens frontons, lieux où l’on joue à la pelote basque – pour un rendu plus brillant et glycérolé. Ici, on a cherché à obtenir une couleur plus mate sur lequel on puisse écrire. Le bar est en granit noir, fait par un marbrier situé à Bayonne, Benoist Bousquet. On a eu une réflexion très simpliste encore une fois, autour de la terre, autour du vin, et il nous manquait une approche dite “minérale”, donc nous avons réfléchi autour d’une pierre. Celle-ci a été travaillée comme un livre ouvert. Les parties verticales sont les même que les parties horizontales. Elle a été taillée et pliée. Ensuite, il y a beaucoup de choses que nous avons faites nous-mêmes, notamment les luminaires en cuivre, fabriqués par mon associé.

Est-ce que vous proposez des vins naturels ?

Antoine

Oui, beaucoup. Il faut admettre que quand c’est bien fait, c’est très bon. Un de mes maîtres penseurs était feu Marcel Lapierre, qui est un des grands pontes de la biodynamie en France. La famille continue aujourd’hui de travailler des vins naturels. Ils ont un terroir, une climatologie et une variété de raisins qui leur permettent ça. Faire du nature pour du nature ne fonctionne pas toujours.

C’est la fin de l’été, le soleil se couche, est ce que tu aurais un vin à nous recommander pour cet instant ?

Antoine

J’aurais envie d’un blanc. Plutôt basé sur la minéralité, sur la fraîcheur et la gourmandise. J’irais bien vers un Chenin, une variété de raisin qui évolue vers des arômes un peu poirés, avec une belle acidité. Donc les deux qui me viendraient à l’esprit seraient “Les Salles Martin” d’Antoine Sanzay et Nicolas Reau, “Attention Chenin Méchant “.

Art Photographie Exposition Artnoa Biarritz
Luminaires Cave Vins Artnoa Biarritz
Cave Vins Artnoa Biarritz
Chaise Déco Artnoa Biarritz
Comptoir Lampe Artnoa Biarritz

Crédits : Eve Campestrini @thesocialitefamily

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

La Newsletter Socialite

Votre dose d'inspiration tous les mardis