Cinabre ou l’ode à l’élégance masculine

Cinabre ou l’ode à l’élégance masculine

C’est dans le quartier du 10ème arrondissement de Paris qu’Alexandre Chapellier a décidé d’ouvrir sa première adresse. Signé sous le nom de Cinabre, un minerai rouge, sa collection d’accessoires pour hommes nous bluffe par son audace et son élégance. Ce rouge que l’on retrouve, comme un clin d’œil sur toutes les pièces des collections. Entre autres cravates, boutonnières, chapeaux et surtout nœuds papillons, cet endroit ressemble à s’y méprendre à un temple de l’accessoire pour homme. A la fois boutique et studio de création, le lieu s’articule autour d’un ancien meuble de métier et ses 70 tiroirs. On peut aussi y découvrir la collection de robots vintages d’Alexandre, et la bibliothèque de science fiction. L’ambiance ici reflète l’univers de Cinabre, en même temps raffiné et plein d’humour, complétée par des carnets de villes pour tout bon épicurien qui se respecte. Une petite pépite qui mérite son pesant d’or.

Cinabre, 20, rue d’Hauteville 75010 Paris.

 

 

 

 

 

 

Fauteuils boutique cinabre
noeuds papillon cinabre
détail décor boutique cinabre Chaine hi-fi vintage et carnets de ville boutique cinabre noeuds papillon et carnets de ville boutique cinabre jouet robot vintage boutique cinabre Carte cinabre et porte-cartes cravates colorées cinabre

Alexandre, quel est ton parcours ?

Alexandre

Je suis franco suédois et j’habite Paris. Avant de créer ma marque, j’ai été pendant 5 ans chercheur de talents, à parcourir le monde à la recherche d’entrepreneurs talentueux pour le compte de banques et familles fortunées. Un job passionnant qui m’a donné le goût d’entreprendre. Ensuite j’ai fait la rencontre de Michel Goma, le grand couturier qui s’est longtemps occupé de Patou et Balenciaga et qui est devenu mon « mentor ». Ça a été un déclic : j’ai visité des ateliers et rencontré des artisans à travers toute la France. Bref, j’ai appris un métier de zéro et j’ai fini par créer Cinabre.

Pourquoi avoir choisi le nom de Cinabre ? quelle en est la signification pour toi ?

Alexandre

Je bossais avec Michel Goma sur les couleurs et j’aimais bien le rouge Cinabre qui a une couleur profonde et un nom original. La plupart des gens ne connaissent pas la signification du mot cinabre qui est en fait un minerai rouge. Quand j’ai testé le nom, la première personne qui a su ce qu’était le cinabre était un universitaire américain spécialiste du français ancien et de l’usure au Moyen-Âge. J’ai trouvé ça chic.

 

Quel est ton modèle phare ?

Alexandre

Le noeud “Londres 3D” a été notre best-seller de l’hiver mais les cravates sont en train de passer devant les noeuds et nous lançons bientôt notre porte-monnaie ultra slim que de nombreux clients ont réclamé, ça peut vite changer.

Alexandre Chapelier dans sa boutique cinabre rue d'Hauteville
Coffret noeud papillon cinabre
Alexandre Chapellier dans son atelier rue d'hauteville

Ta pièce préférée ?

Alexandre

Les cravates Hawaï, réalisées à partir de chemises hawaïennes vintages. On obtient des aplats de couleurs vraiment sympa. Chaque pièce est unique. C’est le modèle que je portais pour mon mariage il y a quelques mois…

La philosophie de la marque ?

Alexandre

Créer des accessoires différents et made in France. Tout le monde achète ses tissus aux mêmes usines, suit les mêmes cahiers de tendance. Depuis le début on souhaite apporter de la fraîcheur et de la nouveauté dans un marché conservateur et très standardisé.  J’adore chercher de nouveaux tissus chez des maisons réputées mais aussi chez des antiquaires ou des friperies. L’univers de la marque est dans les tissus rares et originaux que je trouve et qui seront déclinés à la fois en noeuds et cravates mais aussi sur nos gants, petite maroquinerie ou ceintures. J’attache aussi beaucoup d’importance au Made in France, l’excellence du savoir faire constitue aussi une partie de l’ADN de la marque. Et nous sommes fiers aujourd’hui d’avoir ouvert notre propre atelier de confection dans le Loir-et-Cher.

A qui s’adresse-t-elle ?

Alexandre

On a des clients très différents. On a le marathonien des fashion weeks qui recherche un bel accessoire original, le client qui vient pour une occasion spéciale et les gens qui recherchent une pièce unique, faite à la main. Et aussi tous les passants qui croisent le regard d’un noeud pap’ en vitrine et qui s’arrêtent pour l’embarquer!

Qui a fait la déco de ta boutique, très pointue dans un quartier qui mue ?

Alexandre

Pour imaginer ma boutique je me suis associé avec l’architecte suédoise Anna Englesson. Anna est installée depuis plus de 15 ans à Paris, elle a travaillé pour le Playtime ou le Pigalle. Elle m’a aussi présenté l’artiste Thomas Fontaine qui a réalisé le papier peint de la boutique à partir d’une de ses photos. Le goût d’Anna, le gorille de Thomas et ma collection de robots vintage donnent à la boutique une vraie personnalité. On ne voulait pas réciter notre “leçon Pinterest” marbre – béton – néo-indutriel, mais plutôt imaginer une boutique parisienne qui change un peu. C’est aussi pour ça que je souhaitais m’implanter dans le 10e, où j’ai vécu pendant longtemps : ce quartier est plein de bonnes énergies, les ouvertures de restaurants, de boutiques ou de co-workings se multiplient, dans la lignée d’une tradition de “faiseurs”. Historiquement, c’est un quartier d’artisans. Je trouve ça cohérent d’installer Cinabre ici, pour que la marque apporte elle aussi son sens du fait main et de l’authenticité.

 

Crédits : Eve Campestrini@thesocialitefamily.com

photos : Eve Campestrini@thescocialitefamily.com

meuble d'atelier dans la boutique cinabre
Exposition livres boutique cinabre
présentoir noeuds papillon cinabre
Décoration murale et cravates boutique cinabre

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Socialite Newsletter

Moments capturés. Des intérieurs. Des personnalités. Chaque semaine, seulement pour vous.