Stéphanie Huguenin et Stéphane, <br>Joan, Abel 2 ans et demi
Famille - Paris

Simplicité sophistiquée dans l'appartement familial de la fondatrice du studio de production FrancineFramboise

/

chez

Stéphanie Huguenin et Stéphane,
Joan, Abel 2 ans et demi

Pour les personnes comme pour les lieux, certaines rencontres relèvent de l’évidence. Une connivence qui, nous confie Stéphanie Huguenin, fait se sentir « immédiatement à l’aise, en confiance » comme lors de la première visite de cet appartement. À tel point que deux ans après son emménagement, rien – ou presque – n’a changé. « Les volumes et la circulation étaient comme vous les voyez. Nul besoin de se projeter », sourit-elle. Situés à quinze minutes à pied de « tous les centres de Paris », les volumes occupés par la famille de la fondatrice du studio de production FrancineFramboise répondent à merveille à leur nature citadine. Elle qui a pour challenge de faire « parler ensemble des gens d’horizons différents » à la manière « d’un designer, mais pour les marques » le fait d’ailleurs ici quotidiennement, mais avec des meubles et des objets. Un mélange de pièces familiales – transmises par ses parents à sa première installation il y a vingt ans – qui constitue une base sur laquelle viennent se superposer des acquisitions fortes : des œuvres du Studio Hiromi, une table en bois signée Gesa Hansen et une autre, basse cette fois, de Willy Rizzo, de beaux luminaires savamment chinés ou encore quelques créations de la collection The Socialite Family. Autant d’éléments qui, associés aux couleurs apposées aux murs et au sol, viennent structurer le minimalisme épars mais harmonieux cher au couple qu’elle forme avec Stéphane, créatif dans la publicité.

Salon jaune avec canapés togo bleus chez Stéphanie Huguenin à Paris
Huguenin #2
Huguenin #1
  • Stéphanie, Stéphane : pouvez-vous vous présenter ?
Stéphanie

Stéphane est créatif dans la publicité. Je suis productrice de contenus et d’expériences pour les marques. Nous sommes ensemble depuis sept ans et mariés depuis quatre !

  • Quel est votre parcours ?
Stéphanie

J’ai étudié l’histoire et les sciences politiques à la Sorbonne. Après un échange à Montréal, j’ai commencé à travailler sur des campagnes publicitaires qui mettaient en scène des vraies gens pour les publicités dans une société qui s’appelait Dissidents. S’est ensuivie une dizaine d’années en agence de publicité et dans des sociétés de production. J’ai monté mon studio de production en 2015 qui s’appelle FrancineFramboise.

  • Parlez-nous de votre éducation. Dans quel cadre avez-vous grandi – et par conséquent développé votre goût ?
Stéphanie

J’ai grandi dans une famille qui avait à cœur de créer des intérieurs chaleureux, des lieux de vie dans lesquels on se sentait bien, des kibboutz où toute la famille vivait ensemble le dimanche lors des déjeuners familiaux ou l’été en Bretagne. Mes premiers souvenirs de décoration, je les dois à ma grand-mère et à mon oncle qui adoraient créer, ensemble, des intérieurs riches et habités, ne tombant pas toujours d’accord et argumentant chacun. J’ai des souvenirs de fleurs, de toile de Jouy, de couleurs solaires, d’imprimés. Chaque pièce était un tableau tant sur les tissus ou les teintes que les bibelots et les meubles ! J’ai aussi le souvenir des antiquaires où j’accompagnais mes grands-parents le week-end. Les meubles que nous avions chez ma mère avaient appartenu à ses parents, et à leurs propres parents avant eux. Ce sont ces mêmes meubles qui forment une bonne partie de notre mobilier dans cet appartement. J’aime les pièces qui racontent une histoire. L’idée que les objets inanimés disent qui on est, et, dans le même temps, soient aussi eux-mêmes des sujets de conversation quand on les choisit, quand on les place, quand on les transmet. Ils sont à la fois notre réalité quotidienne, mais aussi nos souvenirs, nos passés, ou nos futurs.

Cheminée et murs jaunes chez Stéphanie Huguenin à Paris
Affiche photo dans le salon de Stéphanie Huguenin à Paris
Salon jaune avec canapés togo bleus chez Stéphanie Huguenin à Paris
Cheminée et lampes à poser chez Stéphanie Huguenin à Paris
Mère et enfant dans leur couloir parisien chez Stéphanie Huguenin à Paris
Tapis jaune et table basse chez Stéphanie Huguenin à Paris
  • Designers, artistes : quels sont ceux dont l’œuvre a eu une influence particulière sur vous, votre travail ?
Stéphanie

J’aime beaucoup le travail de l’artiste Johanna de Clisson, du studio Hiromi, dont j’ai deux pièces. Son style brutaliste donne un bon coup de poing dans un intérieur haussmannien classique. Il se trouve qu’il va très bien avec la direction artistique néo-1970 qui s’est peu à peu inscrite dans la maison. J’apprécie aussi beaucoup Willy Rizzo dont je trouve les pièces très belles et intemporelles !

  • Vous évoluez – ou avez évolué – tous les deux dans le domaine de la publicité. Qu’est-ce qui vous attire, vous stimule dans celui-ci ?
Stéphanie

À l’endroit où je me situe dans cette industrie, j’ai un challenge quotidien à faire parler ensemble des gens d’horizons différents. Chaque projet nécessite son esperanto, chaque sujet est une page blanche qui me permet de rencontrer des talents très différents (auteur, game designer, journaliste, réalisateur, graphiste, artiste, etc.), et c’est ce qui fait que je continue à faire ce métier avec un appétit renouvelé. Je suis une sorte de designer à ma façon, mais pour les marques.

  • Comment l’avez-vous vu évoluer ces dernières années ?
Stéphanie

L’interactivité, le feedback des gens qui peuvent acclamer, conspuer, voire bannir les messages ont radicalement changé la communication top-down de l’avant-digital. Ce rapport aux gens et au monde en général a rendu cette industrie plus réfléchie, plus proche des réalités du monde. En un mot, plus responsable.

  • Stéphanie, pourquoi avez-vous décidé de vous lancer dans la production avec votre propre agence, FrancineFramboise ?
Stéphanie

Après plusieurs années à apprendre, à rencontrer et à m’enrichir auprès de grands professionnels, je souhaitais une structure qui pourrait accueillir des projets de tous horizons avec agilité et fraîcheur. Une structure qui permette de passer beaucoup de temps sur des projets tout en restant rentable, une structure qui soit un peu un ovni dans la chaîne de valeur et qui me permette de remonter en amont ou plus en aval de cette chaîne. Je voulais proposer une méthodologie sur mesure où l’on part de l’idée et du projet et que je puisse développer. L’idée, et c’est encore le cas aujourd’hui, c’est de faire peu de projets sur lesquels je sois très impliquée et que je puisse vraiment accompagner au plus près les talents que je source et produis sur chacun des sujets.

  • Racontez-nous l’histoire de votre rencontre avec cet appartement.
Stéphanie

Il me semble avoir visité cet appartement en décembre 2018. J’étais (très) enceinte et nous cherchions un lieu pour accueillir cette nouvelle famille. Nous avions visité beaucoup de biens, et puis nous avons eu comme une évidence avec ce lieu. Vous savez, ce sentiment que nous avons parfois aussi avec certaines personnes. Où l’on se sent immédiatement à l’aise, en confiance. Où l’on se dit qu’on est faits l’un pour l’autre. Les volumes et la circulation étaient comme aujourd’hui. Nul besoin de se projeter. Nous sommes de vrais citadins, et le fait d’être à 15 minutes à pied de tous les centres de Paris nous convient tout à fait !

Père et enfants dans leur salon bleu chez Stéphanie Huguenin à Paris

J’aime les pièces qui racontent une histoire. L’idée que les objets inanimés disent qui on est, et, dans le même temps, soient aussi eux-mêmes des sujets de conversation quand on les choisit, quand on les place, quand on les transmet.

Salle de bain en marbre chez Stéphanie Huguenin à Paris
Salle de bain en marbre chez Stéphanie Huguenin à Paris
Miroir doré et rideaux en velours chez Stéphanie Huguenin à Paris
Dressing bleu chez Stéphanie Huguenin à Paris
  • Comment l’avez-vous pensé ? 
Stéphanie

Il avait été extrêmement bien pensé par les anciens propriétaires ! Les enfants ont leur espace et le nôtre est assez éloigné. Le salon est une zone mixte que nous gardons très épurée en termes de décoration, bibelots… pour que les enfants puissent y évoluer sans risque. La cuisine est ouverte sur celui-ci, et nous y passons beaucoup de temps. C’est assez drôle de voir que même lorsque nous faisons un dîner de 10 personnes, les gens vont difficilement dans cet espace, lui préférant la cuisine ! Nous avons repeint dans la chambre des enfants le parquet en blanc. Cela donne beaucoup d’air et de lumière aux volumes. Enfin, Stéphane a découvert son bureau pendant les confinements. C’est aussi là qu’il s’adonne à sa passion pour le jeu vidéo et c’est pour les enfants la pièce de toutes les convoitises, la chambre des secrets, si vous voulez (rires). J’aime beaucoup notre chambre dans laquelle je pourrais passer mes journées. Nous y avons mis de la moquette et des murs sombres, c’est un cocon.

  • Et meublé ? 
Stéphanie

Nous y sommes vraiment allés petit à petit. Nous n’avions pas une vision ou un schéma préconçu. Les choses se sont faites naturellement pour arriver à un ensemble très épars, mais harmonieux. Nous avons peu de choses. La base, c’était surtout les meubles que l’on m’avait transmis quand je me suis installée seule il y a plus de vingt ans. Une bibliothèque, un beau bureau, des lampes en cuivre. Nous avions une table de salle à manger de Gesa Hansen que nous avions achetée ensemble dans notre premier appartement avec Stéphane. Puis cette magnifique lampe Fortuny, dénichée à Venise lors de notre voyage de noces. Lorsque nous nous sommes installés, nous avons acheté pas mal de luminaires au Bon Marché Rive Gauche. Nous avons aussi un canapé Togo que nous adorons et des rideaux Pierre Frey qui habillent énormément les pièces. Pour mes 40 ans, mes amis m’ont offert un mur végétal qui est vraiment l’âme de la cuisine. Mes deux derniers achats sont une table basse Willy Rizzo et deux œuvres du Studio Hiromi. Cela structure énormément le salon. C’est minimaliste et chaque pièce fonctionne autour de 2 ou 3 pièces fortes. Dans quasiment tous mes intérieurs, j’ai également des pièces de la collection The Socialite Family ! (rires)

  • Que raconte ce lieu de vous ? 
Stéphanie

Que la simplicité est l’ultime sophistication !

  • Pour vous, The Socialite Family, c’est… ? 
Stéphanie

Un média inspirant qui met en scène des gens qui portent des projets (dont des familles car une famille, c’est un sacré projet). Une mine d’or de décoration, pour les amateurs de très gros comme de petits cadeaux !

  • Où vous retrouverons-nous dans les prochains mois ?
Stéphanie

J’ai une expérience immersive qui met en scène le partenariat entre ArianeGroup et Devialet qui a été lancé à Dubaï début octobre 2021 et qui sera opérationnelle à Paris à la Samaritaine puis à Vivatech en 2022. En décembre 2021, j’ai produit pour Netflix et l’agence Fanfare une campagne pour le lancement de la saison 2 de la série Emily in Paris. Enfin, en 2022 vous pourrez découvrir une série de contenus sur la thématique de la mobilité pour une marque française qui vend de l’énergie.

Stéphanie Huguenin et sa bibliothèque à Paris
Chambre bleue avec tête de lit en velours chez Stephanie Huguenin à Paris
Sac en cuir sur la moquette de la chambre de Stéphanie Huguenin à Paris
Stéphanie Huguenin et Stéphane, <br>Joan, Abel 2 ans et demi
Lit à barreaux d'enfant chez Stéphanie Huguenin à Paris
Stéphanie Huguenin et Stéphane, <br>Joan, Abel 2 ans et demi

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire