Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans
Famille - Paris

À deux pas de la place des Victoires, là où tout a commencé, l'appartement éclectique et coloré de la directrice générale de Victoire

/

chez

Camille Riboud et Lionel Fradet,
Gilles et Florence Riboud
Jules 9, Merlin 6 ans

C’est tout un pan de l’histoire française du prêt-à-porter qui ouvre ses portes, pour vous, sur The Socialite Family ! Dès les années 1970, sous l’impulsion de la papesse de la mode Françoise Chassagnac, la famille Riboud, propriétaire de Victoire, multimarque fétiche des Parisiens et Parisiennes depuis plusieurs décennies, créait avant l’heure la notion de concept-store. Fonctionnant selon une méthodologie impulsive, celle du coup de cœur, Victoire, c’est aussi (et surtout) un véritable art de vivre. À la fois curieux – les collections sont chinées à Paris et ailleurs –, exclusif – lorsqu’une marque est trop « vue » elle n’intéresse pas l’enseigne – et singulier – la sélection des adresses varie selon le style de la directrice de celle-ci. « Une mode sans compromis avec des couleurs, une qualité de matières irréprochable et toujours ce ” twist ” qui nous rend unique », sourit Camille Riboud qui, depuis deux ans, a repris le flambeau de son père, Gilles, avec la ferme intention de rester fidèle à l’esprit des débuts ; lequel est « de dénicher et de faire découvrir des créateurs que l’on adore ». Dans les années 1980, ces illustres « presque inconnus » se nommaient Jean-Paul Gaultier, Azzedine Alaïa, Yohji Yamamoto. Plus tard, Jil Sander, Donna Karan ou encore Moschino. Des signatures désormais incontournables qui en disent long sur l’instinct des Riboud. Le même qui anime la directrice générale de Victoire dans sa vie quotidienne ! Dans son appartement où elle nous reçoit volontiers, entourée des siens, la créatrice à la joie contagieuse nous explique penser sa décoration comme elle choisit ses collections ; avec des couleurs – forcément – vitales pour elle, ponctuée de « pièces avec de la personnalité qui cohabitent dans un joyeux mélange des genres ». Un intérieur personnel situé à deux pas de la place des Victoires (ça ne s’invente pas) où plus on est nombreux, plus on se sent bien ! Car Victoire, c’est aussi ça. L’amour de l’humain. L’impression d’avoir, confessait une amie de la maison, « du prêt-à-porter avec un service haute couture ».

Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans
Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans
Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans
Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans

Camille, pouvez-vous vous présenter ?

Camille

Je suis une maman de deux garçons, Merlin et Jules, de 6 et 9 ans, ainsi que d’une jeune entreprise de 59 ans.

Parlez-nous de Victoire, l’enseigne multimarque de mode ultra-sélective qui gravite dans votre cercle familial depuis 1965 et que vous avez récemment reprise.

 

Camille

Effectivement, Victoire, c’est une histoire de famille. Mon grand-père, qui passait tous les jours place des Victoires, a découvert et acheté la première boutique Victoire en 1965. C’est ensuite mon père qui l’a développéeet aujourd’hui, elles sont au nombre de 14 !  Il y a deux ans, c’est tout naturellement que j’ai repris le flambeau en restant fidèle à l’esprit des débuts, qui est celui de dénicher et de faire découvrir des créateurs que l’on adore. La plupart du temps, ces créatifs aiment les couleurs, parlent italien – donc fort – et ne se prennent pas au sérieux… un peu comme moi ! Entrer chez Victoire, c’est encore maintenant – et comme à l’époque des années folles de la place des Victoires – plonger dans l’inconnu. Temple de la mode parisienne, on « shoppait » chez Victoire Gucci, Prada, Alaïa, Comme des garçons et tant d’autres ! Nous avons du mal à imaginer aujourd’hui qu’ils ont été inconnus hier ! Ce qui a changé ? Nous avons créé et ajouté notre propre marque à nos sélections et coups de cœur, ouvert de nouvelles boutiques dans de jolis endroits (parce que la mode n’habite pas qu’à Paris mais aussi à Portofino, Saint-Tropez, etc.), développé l’e-shop et continué à faire ce métier avec passion, les yeux grands ouverts !

Comment définiriez-vous le style Victoire ?

Camille

Une mode sans compromis avec des couleurs, une qualité de matière irréprochable et toujours ce « twist » qui rend notre style unique.

Quelle est votre vision pour votre marque ?

Camille

Continuer à donner du sens ! C’est une évidence. Quand on a 20 ans aujourd’hui, on cherche un boulot qui en a. De mon côté, c’est arrivé à 40 ans. En reprenant Victoire, je n’ai pas simplement changé de job mais j’ai également donné un sens à ma vie professionnelle. Faire perdurer l’héritage de mon père, le développer tout en restant évidemment nous-mêmes : un esprit familial, humain, toujours à l’écoute de nos clients. D’ailleurs, mon numéro de portable personnel est partout sur le site. Les clients sont toujours étonnés quand je leur réponds en personne, même le week-end. Mais c’est ça, Victoire !

Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans

Je pense mon appartement comme je choisis mes collections : des pièces avec de la personnalité qui cohabitent entre elles dans un joyeux mélange des genres.

Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans
Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans

Vous venez d’une famille d’esthètes. Parlez-nous de votre éducation au « beau ». Comment s’est développé votre goût ?

Camille

Je pourrais vous parler de mon grand-oncle photographe et de mon grand-père collectionneur d’art, mais celle qui m’a vraiment donné le goût du beau, c’est ma grand-mère Lucette. Dès mon plus jeune âge, j’ai couru les expositions avec elle, j’ai parcouru le monde. L’Exposition universelle de Séville en 1992, j’y étais ! Et c’est encore elle qui m’a inscrite à 5 ans aux ateliers de dessin des Arts déco. Ça a structuré ma vie. Je lui dois mon premier métier de directrice de création !

Avant de reprendre Victoire, vous évoluiez déjà dans les sphères créatives. Vous êtes notamment passée par l’école Penninghen. Designers, artistes : quels sont ceux dont l’œuvre a eu une influence sur vous, votre travail ?

Camille

Je vais enfoncer des portes ouvertes mais, en vrac, j’adore Joan Miró, Mark Rothko, Pierre Alechinsky, Sophie Calle, David LaChapelle… De la couleur, du détournement et de l’humour. Ces derniers temps, je m’initie au Street Art, grâce à mon mari qui travaille chez Artoyz. Je n’ai pas le choix ! Nous avons des bearbricks partout et des œuvres de Kaws et d’Alëxone s’invitent régulièrement à la maison.

Votre appartement se distingue par l’utilisation généreuse des couleurs. Quelle importance ont-elles pour vous au quotidien ?

Camille

Elles sont vitales ! Chez moi, sur moi, partout ! Elles apportent du style et de la joie. Comme vous pouvez le voir sur les photos avec ce joli cachemire choco. (Rires)

La sélection est au cœur de l’ADN de Victoire. Chez vous aussi ?

Camille

Exactement ! Je pense mon appartement comme je choisis mes collections : des pièces avec de la personnalité qui cohabitent entre elles dans un joyeux mélange des genres. J’ai quelques meubles qui viennent de chez ma grand-mère comme ma table basse Babeanu (un ami de mes grands-parents) ou ma Knoll. Ça me fait du bien qu’elle soit encore un peu là avec moi. Le reste est chiné. C’est encore un héritage de mon père et de ma belle-mère Florence qui adorent ça.

Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans
Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans
Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans
Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans
Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans
Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans

Que dit votre appartement de vous ?

Camille

J’habite à deux pas de la place des Victoires, c’était prédestiné ! Sinon, nous vivons comme une famille ours et faisons rarement les choses séparément. La pièce principale sert à tout : le télétravail, les devoirs, les repas, les jeux et c’est surtout le rendez-vous des copains. Plus on est nombreux, plus je jubile ! J’ai vraiment hâte de reprendre nos tournois de ping-pong sur la table de la salle à manger.

Quelle pièce (espace) incarne le plus votre personnalité ?

Camille

Sans aucun doute la cuisine. Nous adorons cuisiner. Enfin, surtout mon mari ! Moi, je déguste. Il y a aussi « mes trucs et astuces » disséminés un peu partout dans la maison : le tiroir marchepied dans la cuisine pour que toutes les générations puissent mettre la main à la pâte, le mur en liège pour les « œuvres » des enfants, l’étendage de « compète » et les toilettes japonaises.

Pour vous, The Socialite Family, c’est ?

Camille

Une source d’inspirations et de rencontres. Je suis toujours étonnée de voir à quel point les appartements ressemblent à la personnalité de leurs habitants, c’est comme les chiens et leurs maîtres !

Où vous retrouverons-nous cette année ?

Camille

Dans une boutique Victoire, à Paris, Lyon, Lille, Saint-Tropez, Megève, Biarritz ou Portofino… J’y suis le plus souvent possible ! Sinon mes racines sont à Annecy, mon endroit préféré au monde.

Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans
Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans
Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans
Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans
Camille Riboud et Lionel Fradet, <br>Gilles et Florence Riboud<br>Jules 9, Merlin 6 ans

Inspiration déco...

Clémence Dru et Antoine de Tavernost, <br> Noa 14 mois

Clémence Dru et Antoine de Tavernost,
Noa 14 mois

La famille, c’est le soleil de Clémence Dru. Celui autour duquel elle tourne, personnellement mais aussi professionnellement. Cofondatrice de Côme Éditions, aventure modesque singulière imaginée, main dans la main, avec son frère...

Vous aimerez aussi

Charlotte Cadé et Maxime Brousse
Familles - Paris

Charlotte Cadé et Maxime Brousse

Le temps a filé depuis notre première rencontre il y a près de quatre ans. Alors tout juste en ligne, Selency – la création de...

Au pied de Montmartre chez les fondateurs de Selency.

2 commentaires

Florence, 31 March 2021

Bonjour, magnifique appartement parisien :) Serait-il possible de partager la référence du tapis coloré dans le salon? Mille mercis !

Caroline Balvay, 31 March 2021

Bonjour, et merci pour vos mots !
Ce tapis est un modèle de Goodmoods Éditions qui – je crois – n’est plus vendu. Si vous cherchez un modèle graphique, n’hésitez pas à découvrir nos différentes références Roma.
Très belle journée sur The Socialite Family !

Ajouter un commentaire

Socialite Newsletter

Moments capturés. Des intérieurs. Des personnalités. Chaque semaine, seulement pour vous.