Inès-Olympe Mercadal, <br> femme des années 80

Inès-Olympe Mercadal,
femme des années 80

Découvrir l’univers intime d’Inès-Olympe Mercadal, c’est être avalé par une esthétique absolue. Et ce, dès le pas-de-porte. On ne saurait dire ce qui nous surprend le plus, le monochrome bleu qui s’étend à toutes les pièces de cet appartement seventies jusqu’à en lécher les murs ou la silhouette de notre hôte, reconnaissable entre mille. Un chignon haut dont elle ne se sépare – quasi plus – depuis ses quatorze ans et une paire de lunettes à grosse monture noire, coquetterie (nécessaire) qui épouse l’ossature de son visage. Cette élégance ultime, la trentenaire, descendante des célèbres chausseurs Mercadal, a décidé de capitaliser dessus depuis 2016. L’année où vit le jour sa propre marque, un vestiaire complet et glamour, ode aux années 80 et à la femme, qui reprend les codes de son fourmillant univers d’artiste. Car en plus d’avoir un goût particulièrement affirmé pour la mode – un atavisme familial – Inès-Olympe Mercadal est aussi une férue de littérature et de musique. En témoignent les multiples vinyles, cassettes et autres ouvrages épais qui ponctueront notre visite et qu’elle se fera un plaisir d’exhumer pour l’occasion. Cette culture de la vie, flamboyante, l’entrepreneure aimerait l’essayer à une nouvelle forme d’expression : la décoration. Un territoire qu’elle commence déjà à explorer pour quelques commandes privées où l’amour “du design vintage, des signatures de créateurs, des murs de couleurs et des moquettes épaisses” s’exprime pleinement.

Salon Inès-Olympe Mercadal créatrice marque Inès-Olympe Mercadal Appartement Paris
Vinyls Salon Inès-Olympe Mercadal créatrice marque Inès-Olympe Mercadal Appartement Paris
Salon Inès-Olympe Mercadal créatrice marque Inès-Olympe Mercadal Appartement Paris

Inès-Olympe, qui êtes-vous ? 

Inès-Olympe

Je suis la créatrice de la marque éponyme, Inès-Olympe Mercadal, qui propose de la maroquinerie, des fourrures et des vêtements en cuir faits à la main à Paris. Après des études de lettres à la Sorbonne, j’ai pris le temps de voyager pendant deux années. Je travaillais également la peinture et j’écrivais en tant que pigiste, la rédaction étant l’un de mes domaines de prédilection. Je vivais alors la vie d’artiste (en quelque sorte) quand la passion pour le cuir et les jolies peausseries m’est revenue. En 2009, je réalise mes premières collections au sein de la maison familiale. Je me replonge alors dans les archives de mon grand-père et je me plais à les revisiter en jouant sur les couleurs au gré de mes trouvailles. Au fil des saisons, mes modèles trouvent leur public. Je continue alors de développer tout cela en conservant l’aspect ludique. J’avais grandi dans le bruit des usines et des odeurs de cuir. Retrouver tout cela à l’âge adulte me paraissait couler de source.

Racontez-nous l’histoire familiale des chaussures Mercadal… et la naissance de votre marque Inès-Olympe Mercadal.

Inès-Olympe

L’amour du cuir est un atavisme chez les Mercadal. J’ai appris le métier auprès de mon grand-père et de mon père. Ensemble ils avaient fondé la maison Laurent Mercadal à la fin des années 70. Des chaussures en cuir dont la notoriété reposait sur le style mais aussi sur leur qualité et leur confort. Mon grand-père, originaire de l’île de Menorca, avait fui le franquisme pour venir tenter sa chance en France. À force de travail et d’acharnement il réussit son pari en faisant de cette marque un label reconnu. Il m’arrive d’ailleurs souvent de retrouver des publicités vintage en feuilletant d’anciens magazines de mode chez les bouquinistes !

Comment imaginez-vous vos collections ?

Inès-Olympe

Pour son année de lancement j’ai d’abord suivi le calendrier classique des présentations de collection en participant au salon Première Classe pendant les fashion week. Puis j’ai décidé jusqu’à nouvel ordre de ne présenter qu’une collection permanente agrémentée de nouveautés et de variations sans suivre forcément l’agenda très contraignant des collections.

Portrait Famille Inès-Olympe Mercadal créatrice marque Inès-Olympe Mercadal Appartement Paris
Salle à manger Inès-Olympe Mercadal créatrice marque Inès-Olympe Mercadal Appartement Paris

Des années 70’s/80’s jaime la musique, la décoration, la joie de vivre et l'effervescence. Mais je ne suis pas que dans le passé. Notre époque est incroyable à plein de niveaux !

Inès-Olympe Mercadal, <br> femme des années 80
Lampe vintage Salon Inès-Olympe Mercadal créatrice marque Inès-Olympe Mercadal Appartement Paris
Inès-Olympe Mercadal, <br> femme des années 80

Où allez-vous chercher votre inspiration ?

Inès-Olympe

L’inspiration peut venir de plein de choses, une publicité, une chanson, un film, un livre… J’ai pu me diversifier via des partenariats. C’est très stimulant de pouvoir étendre son champ d’action ! J’ai ainsi pu collaborer avec la maison Eram pour une collection capsule co-signée. Une vraie reconnaissance pour moi qui gardait en tête les extraordinaires films publicitaires de la marque dans les années 80 ! J’ai également créé des collants pour Le Bourget ou des vêtements pour La Redoute ainsi qu’une capsule Inès-Olympe Mercadal pour Emmanuelle Khanh.

Y a-t-il une identité Inès-Olympe Mercadal ? 

Inès-Olympe

Depuis mon adolescence, j’ai toujours rythmé mon existence par la littérature et la musique. J’ai un rapport intime à ces disciplines. Lorsque je réalise une création je pourrais sans aucun doute y associer une mélodie ou un texte. C’est un peu dans cette dynamique que j’ai publié mon premier disque “Amor Y Pesetas“, un mini-album de 5 titres sorti il y a quelques années. La chanson titre faisait clairement référence à l’extravagance qui peut parfois être la mienne tout en multipliant les images cartes postales d’une femme aux allures scandaleuses faisant les 400 coups en Espagne ! J’ai aimé cette aventure car là encore c’était une manière d’exprimer différemment ce qui me tient à cœur, ces valeurs au croisement d’un idéal d’élégance, de références vintage et d’une joie de vivre que je m’évertue à toujours conserver en toutes circonstances. C’est mon moteur ! J’ai chanté à l’instinct, encouragée à cultiver mon phrasé parlé et garder mon timbre de voix tel qu’il est dans la vie de tous les jours. J’ai pensé à ces actrices des 70’s qui, le temps d’un ou deux 45 tours, s’étaient essayées à la chanson ou même à Jean-Paul Gautier dont j’ai découvert plus tard la chanson “How To Do That” avec sa démarche visuelle absolument géniale… De tout cela je pense qu’il ressort un fil directeur global. Mon goût pour les 70’s/ 80’s, les matériaux de qualité et l’idéal d’un look féminin bien prononcé, pas trop sérieux.

Quels sont les modèles phares de votre marque ? 

Inès-Olympe

Les pièces phares de la collection sont des fourrures, des capes en renard fabriquées à la main avec des manches et des détails en agneau ainsi que des perfectos en cuir embossés que nous réalisons à Paris dans le 10ème arrondissement.

Inès-Olympe Mercadal, <br> femme des années 80
Portrait Inès-Olympe Mercadal créatrice marque Inès-Olympe Mercadal Appartement Paris
Salon Inès-Olympe Mercadal créatrice marque Inès-Olympe Mercadal Appartement Paris
Salon Inès-Olympe Mercadal créatrice marque Inès-Olympe Mercadal Appartement Paris

Qui est la cliente Inès-Olympe Mercadal ? Celle(s) que vous rêveriez d’habiller ?

Inès-Olympe

Les clientes sont principalement des femmes cherchant à ponctuer un look classique d’une pièce un peu forte. La femme idéale Inès-Olympe Mercadal serait un mélange entre Dora Mar, Francoise Sagan et les personnages loufoques de Pedro Almodovar.

Le style de votre marque se rapproche-t-il du vôtre ?

Inès-Olympe

Évidemment ! La marque Inès-Olympe Mercadal c’est un peu mon vestiaire idéale. La garde robe que je ne trouve pas dans le commerce. De façon très instinctive je m’aperçois m’être construite en me référant à l’image d’une femme working-girl au style plutôt 80’s. Taille marquée, épaulettes et rouge à lèvres proéminents. Lorsque je démarre la conception des premières pièces de la ligne Inès-Olympe Mercadal, l’inspiration est là. Je milite pour une mode à l’élégance un peu désuète, une esthétique surannée mais qui a du chien !

Quelles sont les matières, les couleurs que vous affectionnez et que l’on retrouve chez vous ?

Inès-Olympe

J’ai une vraie passion pour le cuir.  Il n’est pas toujours politiquement correct aujourd’hui de parler de cuir véritable mais j’ai la conviction que son travail peut se faire dans le respect de la condition animale s’il est bien encadré. J’y vois même une sorte de prolongation de vie au symbole noble.

Que peut-on vous souhaiter pour 2019 ?

Inès-Olympe

Après 10 ans dans la mode et l’arrivée de mon premier enfant, j’ai ressenti l’envie de m’essayer à une nouvelle forme d’expression à travers la décoration d’intérieur. Un nouveau challenge, certes, car c’est un nouveau territoire. Mais on y retrouve au final, j’oserais presque dire “sans surprise”, du design vintage, des pièces de créateurs, des murs de couleurs et des moquettes épaisses. Le prolongement visuel des références que je cultive et exprime à travers tous mes projets. Alors on peut me souhaiter de belles rencontres, encore et toujours, pour continuer à développer mon univers dans la décoration !

Chambre enfant Portrait Inès-Olympe Mercadal créatrice marque Inès-Olympe Mercadal Appartement Paris
Salon Inès-Olympe Mercadal créatrice marque Inès-Olympe Mercadal Appartement Paris
Lampe Salon Inès-Olympe Mercadal créatrice marque Inès-Olympe Mercadal Appartement Paris
Salon Commode Inès-Olympe Mercadal créatrice marque Inès-Olympe Mercadal Appartement Paris

Inspiration déco...

Anahita Vessier, décrypter l’art du temps

Anahita Vessier, décrypter l’art du temps

Anahita Vessier a fait d’internet son journal, égrenant ses rencontres au fils des mois sur une revue en ligne qui n’aurait pu mieux porter son nom : Anahita’s Eye. Curieuse, toujours enjouée, l’austro-iranienne...

Vous aimerez aussi

2 commentaires

FLORENCE, 18 juin 2019

Bonjour,
Très chouette !
Pourriez-vous nous indiquer d’où vient le papier peint graphique situé derrière la table de la salle à manger?
Merci beaucoup.

Caroline Balvay, 20 juin 2019

Bonjour Florence,
Le papier peint est le modèle Chicago de chez Nobilis.
Très belle journée sur notre site !

Ajouter un commentaire

Socialite Newsletter

Moments capturés. Des intérieurs. Des personnalités. Chaque semaine, seulement pour vous.