Famille

À Paris, l'appartement léché, précis et masculin du co-créateur de la marque d'accessoires 13 09 SR.

serge ruffieux

Chez

Serge Ruffieux, Dimitri Rivière et Jack

Ne vous fiez pas aux apparences ! Au sein de cet intérieur léché, d’une beauté précise et ordonnée, se cachent quelques détails vivants et imparfaits, comme The Socialite Family les aime. La mode est partout, les matières sont nobles et précieuses, les pièces-phare de designers du XXe siècle trônent dans le salon et donnent un sens raffiné à l’ensemble. La collection de théières, la passion pour les gris-gris et l’amoncellement de livres et de magazines révèlent toute la sympathie de Serge Ruffieux, co-créateur de la marque 13 09 SR et de son compagnon Dimitri Rivière. Visite guidée.

Lieu

Paris

texte

Elsa Cau

Photographies et Vidéos

Constance Gennari

TSF

Serge, Dimitri, présentez-vous.

Serge

Je suis d’origine italienne, j’ai grandi en Suisse dans la Vallée de Joux et je suis passé par plusieurs maisons de couture avant de co-créer avec Emilie Faure ma marque de chaussures et de lunettes… et bientôt d’autres catégories d’accessoires, 13 09 SR. Je suis aussi consultant chaussures pour Pucci avec Camille Miceli ainsi que pour d’autres maisons.

Dimitri

Je suis styliste photo depuis une dizaine d’années. Après avoir passé mon enfance en Savoie et étudié au studio Berçot à Paris, j’ai travaillé longtemps aux côtés de Marie-Amélie Sauvé (Balenciaga, Louis Vuitton, ndlr). Mais je suis aussi passé par la musique, puisque j’ai été DJ. Depuis trois ans, Serge et moi partageons notre vie entre Paris et Milan.

TSF

Comment définiriez-vous votre intérieur ?

Serge

Nous sommes amoureux de l’Italie et de Milan mais Paris est notre ville de cœur. Cet ancrage dans deux capitales nous permet d’avoir des inspirations multiples et différentes selon le lieu de vie. Ici à Paris, la précision est de mise mais l’ambiance est chaleureuse : beaucoup d’éléments sont graphiques et bruts, avec des matières nobles et un design plutôt 1970, des designers italiens comme Mario Bellini (les canapés et le service dans la cuisine, ndlr). Des lignes et des matières qui se rapprochent de l’esprit Art déco, du blanc, du velours sur le canapé, un néon dans l’entrée, des matières organiques… C’est ce mélange, notre style. Un terme me vient à l’esprit : masculin.

Je déteste ce qui est au mur : chez nous, tout doit être à terre ou en appui.

TSF

On note un penchant certain pour la photographie. Et les gris-gris. Et les théières !

Dimitri

Notre univers est bel et bien masculin, on pourrait le croire un peu rigide, symétrique, avec ces lignes radicales mais il regorge pourtant de petits objets, de gris-gris trouvés çà et là et qui rendent cet ensemble vivant. Cette pratique me vient de mes grands-parents, ce sont de petits objets que j’adore, je les ai toujours vus chez moi. La cuisine est presque comme celle d’une maison de campagne ! Nous avons toujours connu des cuisines conviviales, pleines de vie et avec quelque chose de pratique, de simple.

Serge

Mais notre gri-gri préféré, c’est Jack, notre chartreux ! Et puis, depuis que nous nous sommes rencontrés, nous nous sommes mis à collectionner les théières. Parce que nous aimons le thé, mais surtout parce que la théière est l’objet d’un moment privilégié. Pour ce qui est des livres et des photographies de mode, bien sûr, ils sont partout, dans les couloirs, dans les pièces. Notre métier est déterminant dans notre vie parce qu’il est une passion, il définit qui nous sommes et il se ressent dans notre appartement.

Dimitri

Notre métier, c’est de nous inspirer, le plus possible et de tout. On lit beaucoup, on observe et on enregistre beaucoup d’images. A force, notre œil s’aiguise. Vous avez dû remarquer que nous avions aussi beaucoup d’archives (rires), un peu partout : cette culture visuelle, c’est la base de notre profession.

TSF

Comment vous-êtes-vous intéressés aux arts, à la collection ?

Serge

J’ai un instinct « trois dimensions » qui m’habite mais que j’ai découvert en étudiant à la HEAD de Genève : habiller l’espace, décorer, j’ai pu mettre cela en pratique quand j’ai eu la chance d’imaginer les boutiques pour les marques avec lesquelles je travaillais. J’ai commencé à être attiré par certaines pièces de design à ce moment-là. Je crois, finalement, que nous sommes toujours attirés par la période à laquelle nous sommes nés. L’affect des premières formes connues, peut-être…

Dimitri

Ma mère et ma grand-mère adoraient la vaisselle et la belle verrerie. Je n’ai pas été forcément sensibilisé au design mais plutôt à un goût plus ancien. D’ailleurs, à Milan, nous accumulons plus dans cet esprit, nous possédons par exemple beaucoup de tableaux, moins ici à Paris. Mais ils sont fixés au plafond !

TSF

Ici, il y a en effet peu de tableaux.

Serge

Je déteste ce qui est au mur : chez moi, tout doit être à terre ou en appui, posé par exemple sur une commode ou sur une console. D’ailleurs, vous noterez que rien, ici, n’est fixé à hauteur des yeux : tout est soit très bas, soit très haut. Toujours dans cette idée de contraste et de graphisme linéaire qui nous anime. On a donc fait encadrer quelques œuvres qui nous plaisent dans des boîtes américaines en plexiglas, ou bien des peintures sur la cheminée… Il y a du chichi mais maîtrisé : c’est ce que l’on aime, ce bordel maîtrisé.

Je crois, finalement, que nous sommes toujours attirés par la période à laquelle nous sommes nés. L’affect des premières formes connues, peut-être…

TSF

Cela viendrait-il du mélange des genres au sein de votre famille, Serge ?

Serge

Ma grand-tante était couturière chez Schiaparelli. Mon père était horloger chez Jaeger-LeCoultre mais aussi passionné de football (rires). La précision horlogère mêlée à la créativité et à la culture ‘street’, peut-être…

TSF

Comment acquérez-vous les pièces de votre appartement ?

Serge

Il n’y a pas forcément de réflexion, c’est avant tout instinctif et spontané. Mais nous connaissons notre goût. Il y a peu d’objets contemporains qui me plaisent. Nous mettons du temps à trouver chaque pièce. Et puis, un intérieur, c’est long à construire, il faut le vivre. Il manque encore beaucoup de choses ! On attend toujours le bon moment, la belle trouvaille.

Dimitri

On a vu une théière superbe à Florence, en métal, la poignée en bois, tiens. Sans oublier que nous avons tout le temps des coups de cœur sur les assises !

Serge

Si nous n’avions pas acheté ce canapé, nous n’aurions que des chaises. Et les fleurs d’Alexis Maillot (Memento Fiori à Paris, ndlr) C’est dit !

Recréez ce décor avec nos pièces
Vous aimerez aussi

à suivre

Pieter Peulen et Joeri Evers

Créations en propre

Chaque ligne, chaque finition de nos créations de mobilier et luminaires a été pensée par notre studio créatif à Paris.

Fabrication 100% européenne

Nos créations sont fabriquées dans les meilleurs ateliers européens, principalement en Italie et en France.

Livraison à l'étage

Tous nos produits volumineux sont livrés en gants blancs à l'étage de votre choix. Livraison possible le weekend.

Paiement 3x sans frais

Paiement sécurisé via Visa, Mastercard, Amex, Paypal ou virement bancaire. Paiement en 3x sans frais à partir de 350€.