Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz
Famille - Marseille

Dans le quartier du Camas, un appartement fait de décalages temporels, à la fois minimaliste et chaleureux

/

chez

Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz

Raconter des histoires. Telle est la volonté de l’artiste Sarah Espeute, qui a choisi la broderie comme moyen d’expression. C’est en tant qu’autodidacte que notre hôte du jour embrasse cette technique délicate et poétique. Une liberté d’apprentissage et d’appréhension de la matière qui lui permet d’exprimer avec aisance ses talents de conteuse. Des histoires qu’elle puise dans le quotidien marseillais. Autant de scènes de vie inspirantes que la native d’Arles observe avec plaisir pour saisir avec justesse le beau. Sobrement intitulé Œuvres Sensibles, le projet de cette créatrice habille les tables de diverses pièces uniques – nappe, chemin de table ou encore set de table – avec comme trame des dessins brodés à la main. Des créations bijoux à exposer, très souvent monochromes. Un côté « humble et intemporel », pour des objets qui peuvent se targuer d’avoir été pensés pour « cohabiter subtilement dans un intérieur sans qu’ils ne prennent visuellement trop de place ». Le reflet d’un désir prégnant de simplicité et d’épure, qui se concrétise dans l’appartement partagé avec Lucas Marin-Matholaz dans le quartier du Camas. Designer à l’instar de sa compagne, le fondateur du studio de motion design Crisscross.studio participe à sa manière à l’élaboration de ce que l’autodidacte nomme affectueusement une « œuvre inachevée ». Un intérieur que Sarah aborde comme « un espace de recherche et d’expérimentation » où se mêlent à ses créations, objets sentimentaux et meubles chinés. Ce goût pour l’ancien, la Marseillaise le tient de ses parents. D’infatigables curieux passionnés d’histoire, l’ayant habituée dès sa plus tendre enfance aux visites de monuments historiques. Une éducation ayant fortement marqué son identité artistique et qui l’inspire à renouveler constamment l’aménagement des volumes de ce dernier étage avec terrasse. La rencontre entre d’illustres signatures de l’histoire design et de parfaits inconnus. Un terrain de jeu fait de décalages temporels à la fois minimaliste et chaleureux !

Salle à manger avec table en bois et chaises en bois chez Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz à Marseille
Suspension ronde blanche et tableau coloré dans la salle à manger de Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz à Marseille
Nappe brodé et coupe à fruit chez Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz à Marseille
Sarah Espeute et sa nappe brodée chez elle à Marseille
Pile de livres sur la console en bois chez Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz à Marseille

Sarah, Lucas : pouvez-vous vous présenter ?

Sarah & Lucas

Sarah, artiste-designer et Lucas, motion designer, en couple depuis dix ans, nous vivons à Marseille depuis maintenant deux ans en compagnie de trois gros chats, Charlie, Romy & Sergio.

Quel est votre parcours ?

Sarah

Sarah : Jai grandi en Provence et après des études en arts appliqués en communication visuelle à Olivier de Serres (Ensaama) à Paris – dans la même école que Lucas , j’ai fondé ma propre imprimerie et maison d’édition, Riso Prestospécialisée en impression RISO à Paris. Jai ensuite travaillé en duo quelque temps sous l’entité Klima Intérieurs, où l’on explorait lobjet et le design intérieur par le biais de lillustration. À présent, je développe mes idées dobjets de décoration sous l’entité Œuvres Sensibles.

Lucas

Après des études générales scientifiques, je décide de me tourner vers les arts appliqués dans le domaine digital, puis de suivre une formation de concepteur rédacteur multimédia aux Gobelins où je me forme à la conception dapplications web et mobiles. Après quelques années en tant que directeur produit dune start-up dans le milieu de la finance, je me lance avec un ami dans un studio de motion design, crisscross.studio, pour lequel je travaille encore aujourd’hui.

Parlez-nous de votre éducation au beau. Comment sest développé votre goût ?

Sarah

Par mes parents, j’ai développé un goût pour les objets anciens. Chez eux rien n’est neuf, tout est chiné et nous avons visité beaucoup de monuments historiques et d’églises ! Puis pendant mes études à Paris je me suis intéressée à l’art et au design du XXᵉ siècle.C’est à ce moment-là que mon goûdu beau sest affirmé. C’était une toute nouvelle dimension esthétique qui souvrait à moi !

Lucas

Jimagine que ma façon dappréhender lesthétique est guidée par ma formation scientifique, avec une attirance plus marquée pour les formes régulières, anticipables et les compositions symétriques. Mais malgré mon « virage » vers des études artistiques, jai toujours des difficultés à avoir un avis tranché sur ce que je trouve beau. En général, je finis par m’en remettre à l’opinion de Sarah, il nest pas rare que ma sensibilité au « beau » demande un peu de temps pour se forger.

Chaise design métallique chez Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz à Marseille
Étagère murale blanche avec coupelle et cafetière chez Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz à Marseille
Salon avec table basse blanche et armoire en bois chez Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz à Marseille
Corbeille à fruit tressée et éléments de décorations chez Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz à Marseille

Sarah, vous êtes la créatrice dŒuvres Sensibles, entité qui regroupe votre travail de broderie et de peinture. D’où vous vient cet attrait pour ces médiums en particulier ?

Sarah

Quand je me suis mise à faire des objets de manière autodidacte, la broderie est venue à moi très naturellement. Enfant, jai appris deux points à broder et cela ma suffi pour pouvoir interpréter mes dessins sur du textile. Jai aimé le rendu du trait dessiné et brodé dans lespace intérieur, ça m’a donné envie de lexplorer et de m’en inspirer pour imaginer des histoires ! Mon approche de la peinture sest aussi faite de manière autodidacte mais différemment, mon besoin est plus profond. Aprèavoir vu plusieurs expositions de peintres et de peintures, j’avais très envie de m’exprimer personnellement, de trouver mon style et de définir ma vision. Je ressens une envie forte dexpression pure et sincère que j’aime explorer en m’inspirant de ce que je puise en moi.

Parlez-nous de votre processus créatif.

Sarah

Chaque nappe est une nouvelle histoire ! Jaime lui inventer un thème et jaime qu’elle fasse écho à un moment. Je compose avec des éléments du quotidien, ceux que je trouve beaux, qui m’interpellent. Si je reproduis la même chose, je mennuie. C’est pour cela que, désormais, je demande à d’autres petites mains de broder lorsqu’il s’agit d’un objet à produire en série et je me consacre aux pièces uniques pour pouvoir continuer à explorer de nouvelles sources d’inspiration.

Monochromie et matières naturelles font partie de votre signature artistique. Pouvez-vous nous expliquer ces choix esthétiques ?

Sarah

C’est vrai, je ne suis pas très attirée par les teintes vives dans la décoration. Je pense que la couleur doit se justifier, quelle doit présenter un intérêt, sinon je me lasse. Et puis j’aime l’idée que chaque objet puisse cohabiter subtilement dans un intérieur sans quil ne prenne visuellement trop de place. Quil soit humble et intemporel.

Designers, artistes : quels sont ceux dont lœuvre a eu une influence sur vous, votre travail ?

Sarah

De manière générale, le travail dartistes multidisciplinaires connus, comme Charlotte Perriand, Eileen Gray, Valentine Schlegel, Le Corbusier, Alvar Aalto, Charles Rennie Mackintosh, Isamu Noguchi et dautres, ma beaucoup confortée dans mes envies de design d’intérieur global et de croiser plusieurs domaines artistiques. Récemment, c’est le travail de Mathieu Matégot qui mattire beaucoup avec son invention de la « rigitulle », une tôle fine, perforée comme de la dentelle. Et en peinture, je suis trèsensible aux gestes de Hans Hartung et de Cy Twombly.

En tant que créatrice, quelle influence a votre activité sur la décoration de votre intérieur ?

Sarah

Mon intérieur se définit petit à petit. Je prends le temps de choisir et jessaie de trouver un équilibre entre les objets. Jy mêle des objets sentimentaux mais aussi beaucoup de mes créations. Jentrevois mon intérieur comme un espace de recherche et dexpérimentation. Cest comme une œuvre inachevée !

Couloir avec sol en marbre et mobilier en bois chez Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz à Marseille
Tête de lit en bois et vase chinois chez Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz à Marseille
Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz
Tête de lit en bois et appliques en bois dans la chambre à coucher de Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz à Marseille

Vos nappes, chemins de table, et sets sont des ornements pour les salles à manger. Quelle place accordez-vous à l’art de la table et à la gastronomie dans votre quotidien ?

Sarah

Je dirais que cest lart du quotidien qui m’intéresse et la table en est un des éléments symboliques ! C’est un objet vivant de partage et de convivialité que jaime mettre en valeur mais dans une forme de simplicité et de sincérité.

Que dit votre appartement de vous ?

Sarah

Lucas me dit souvent : « Tu vas arrêter de changer la disposition des meubles tout le temps ! » Mais cest pour trouver lagencement idéal ! Jaime que ça reste fonctionnel et quon ait envie dutiliser tout lespace. Jaime les intérieurs épurés et chaleureux à la fois. Les meubles sont tous doccasion, sans être de designers connus. À l’exception de mes chaises Nuova X-Line de Niels Jørgen Haugesen trouvées miraculeusement chez ma coiffeuse ! Dans lensemble, cest plutôt un mélange dancien et de moderne. Jaime beaucoup créer des décalages temporels, cela donne une ambiance particulière.

Vous habitez Marseille, une ville méditerranéenne connue pour son cosmopolitisme. Quaimez-vous le plus ici ?

Sarah

La mixité, la lenteur, les calanques, se baigner, les couchers de soleil, les relations humaines et notre terrasse !

Des créateurs marseillais – ou originaires des environs dont vous aimez les productions ?

Sarah

Je nommerai des amis dont jadmire beaucoup la créativité : Lisa Favreau et Lisa Guedel-Dolle de la marque Azur, Léa Bigot en sculpture, Laure Amoros créatrice de Oros, Marie Jacotey en illustration, la designer Inès Bressand et le photographe Pierre Girardin.

Pouvez-vous nous confier vos adresses favorites ici ?

Sarah

J’aime beaucoup mon quartier, le Camas et ceux aux alentours, les Réformés, le cours Julien, Longchamp ou encore Noailles. Il y a plein dadresses de bars et restaurants trèsympas comme Limmat, Oumalala, Le Trois Quarts, Les Eaux de Mars, Il Capriolo, Chez Fun Funk mais aussi la Brûlerie Möka.

 Où vous retrouverons-nous dans les prochains mois ?

Sarah

À Marseille, toujours ! Et pourquoi pas dans mon atelier. (Rires)

Synthétiseur chez Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz à Marseille
Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz dans leur cuisine accompagnés de leurs chats à Marseille

J’aime beaucoup créer des décalages temporels, cela donne une ambiance particulière.

Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz
Terrasse ensoleillée avec chaises métalliques de jardin chez Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz à Marseille Baie vitrée avec vue sur la terrasse chez Sarah Espeute et Lucas Marin-Matholaz à Marseille

Inspiration déco...

Axel et Mélissa Chay, <br>Austin 13 mois

Axel et Mélissa Chay,
Austin 13 mois

Des bancs de l’école lyonnaise à Marseille en passant par Londres, Axel et Mélissa Chay ont voyagé ensemble, guidés par leur amour réciproque. Déposant leurs valises d’une destination à une autre, ils ont fini par s’établir dans la...

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Socialite Newsletter

Moments capturés. Des intérieurs. Des personnalités. Chaque semaine, seulement pour vous.