Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans
Famille - Genève

Au bord du lac Léman, un appartement à la scénographie iconoclaste rythmée par les fulgurances artistiques d’une mère et sa fille

/

chez

Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans

Il nous est apparu comme sur un tableau. Sur les hauteurs de Genève, ce pied-à-terre à la vue dégagée sur le Léman a su instantanément capter l’esprit alerte de Natascha Wittgenstein. Et à raison. « À cinq minutes de la ville », le regard aiguisé de la fondatrice de la marque Tooshie se nourrit avec avidité d’une nature sereine que l’on envie chez The Socialite Family. Car après avoir écumé avec frénésie le globe de Paris à New York, Natascha assouvit son désir de quiétude dans cet intérieur qui agit sur elle tel un sanctuaire. Un compromis idéal pour cette nouvelle « phase de la vie où l’on préfère rester à la maison, lire (…) et se ressourcer », non loin de l’effervescence urbaine nécessaire à la récente activité de la galeriste. Dans cette enveloppe blanche qui ne pardonne rien « au choix des objets comme à la poussière », la diplômée de l’école Camondo plante sans effort un décor iconoclaste. Dans ce lieu, la décoration ponctuée çà et là de livres d’art traduit son amour des styles et des genres sans distinction d’époque. Même si la Genevoise nous avoue son penchant avéré pour le pop art et les années 1960 et 1970. Mais c’est aussi sur de jeunes artistes suisses contemporains – Thomas Hubert et Roman Signer – que se porte la lumière. Des noms que l’on retrouve aux côtés de souvenirs familiaux qu’elle collectionne d’un espace à l’autre. Des pièces léguées par ses parents hédonistes, notamment sa mère. Une femme aux multiples vies, mannequin puis antiquaire, qui lui a inculqué cette sensibilité à l’image que notre hôte transmet dorénavant à sa fille Tatiana, tel un précieux héritage.

Salon blanc avec lampe à poser verte chez Natascha Wittgenstein
Salon blanc avec table basse style Memphis chez Natascha Wittgenstein
Lampe à poser boule chromée chez Natascha Wittgenstein
Salon avec fauteuil Jo Colombo chez Natascha Wittgenstein

J’adore mélanger les différents styles et les époques. L’esprit des années 1960 et 1970 prédomine dans mon inspiration et mes goûts.

Plateau bleu sur console laquée noire chez Natascha Wittgenstein
Salon avec tableau et rideaux beiges chez Natascha Wittgenstein

Natascha, pouvez-vous vous présenter ?

Natascha

Après avoir grandi à Paris dans une famille d’origine suédoise et allemande, je suis partie à l’âge de 25 ans à New York, ma ville natale, pour y travailler dans le secteur de la mode et du luxe. Ces dix années d’apprentissage m’ont ouvert les portes de la maison Nina Ricci à Paris, dont je suis devenue directrice du studio de création en 2001 avant de prendre la vice-présidence de Devi Kroell à New York. Je l’ai quittée en 2006 pour fonder ma marque de maillots de bain Tooshie dont j’assure à la fois la création, la production et le développement depuis 2007.

Parlez-nous de votre éducation. Dans quel cadre avez-vous grandi et par conséquent développé votre goût ?

Natascha

Ma mère était antiquaire et décoratrice d’intérieur après avoir été mannequin dans les années 1960, tandis que mon père travaillait dans la finance. Ils étaient tous les deux passionnés d’art et collectionneurs. C’est à eux que je dois mon parcours et le choix de mes études d’architecture d’intérieur et de design à l’école Camondo à Paris.

Comment y initiez-vous votre fille Tatiana ?

Nascha

J’ai commencé à l’emmener à la Fiac à Paris dès son plus jeune âge à trottinette. Je lui demandais de me faire un reportage de ses plus belles découvertes à l’iPhone. Je m’enquiers toujours de son avis, car j’ai respecté son œil dès son enfance et l’ai cultivé à trouver le beau dans tout ce qui l’entoure au quotidien.

Console noire et tableau graphique chez Natascha Wittgenstein
Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans
Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans
Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans

Pluridisciplinaire, vous naviguez entre la curation de mobilier design, le métier de galeriste et la direction artistique de votre marque de maillots de bain Tooshie. Dans quelle mesure votre sensibilité plurielle au beau s’exprime-t-elle chez vous ?

Natascha

J’adore mélanger les différents styles et les époques. L’esprit des années 1960 et 1970 prédomine dans mon inspiration et mes goûts. Je m’intéresse aussi bien à l’artisanat et au design qu’à l’art moderne.

Vous vivez dans une dépendance nichée au sein d’une maison de maître, entourée par la nature, non loin de Genève. Qu’est-ce qui vous plaît dans cet environnement ? Comment cela vous inspire-t-il au quotidien ?

Natascha

C’est un endroit unique à Genève. La pleine nature à cinq minutes de la ville. Il correspond bien à cette phase de la vie où je préfère rester à la maison, lire, inviter mes amis et me ressourcer plutôt que de voyager sans cesse comme avant. C’est dans cet environnement, au calme, entourée de verdure et de chiens, que je trouve la sérénité ainsi qu’une partie de mes idées.

L’usage du blanc du sol au plafond fait ressortir la sélection d’objets et de livres qui ponctuent vos espaces de vie. Pourquoi ce parti pris ?

Natascha

Le blanc apporte beaucoup de lumière tout en donnant une certaine discipline à ma décoration dans le sens où cette couleur ne pardonne rien. Ni aux objets ni à la poussière. Même en hiver, je me sens dans le Sud et je crois que ceci se reflète d’une certaine façon dans mes collections.

Plusieurs œuvres ornent vos murs. Laquelle affectionnez-vous particulièrement ?

Natascha

Je suis une grande fan de pop art. J’ai toujours adoré Alain Jacquet qui a commencé en même temps que Warhol mais n’a jamais eu sa notoriété. En vivant ici, je me suis intéressée à des artistes suisses comme le peintre Thomas Hubert et l’artiste conceptuel et cinéaste Roman Signer dont on peut trouver des œuvres dans la galerie d’art que j’ai ouverte il y a peu avec mon associé Olivier Varenne.

Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans
Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans
Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans
Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans
Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans
Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans
Pour vous, The Socialite Family, c’est ?
Natascha

Une source d’inspiration constante. Toujours de belles histoires. Mieux qu’un magazine de décoration. Avec des collections très bien ciblées.

Quel est votre coup de cœur dans notre collection ?

Natascha

Votre lampe Tubo est un futur classique ! J’espère l’avoir chez moi bientôt et je pense aussi à vos coussins Bombolini pour ma maison de vacances.

Nous avons ouvert en décembre La Stazione, une boutique-chalet à Megève. Quelles autres adresses conseilleriez-vous de découvrir dans les environs ?

Natascha

Je conseillerais By Johanne et Victoire, où on trouve des choses assez originales introuvables ailleurs ainsi que mes maillots de bain Tooshie !

Où vous retrouverons-nous prochainement ?

Natascha

Vous me retrouverez au salon d’art Art Geneva à partir du 26 janvier en compagnie de mon ami et associé. Mais aussi dans notre nouvelle galerie que nous venons d’ouvrir au 37-39 rue des Bains à Genève où nous avons deux espaces : l’un est dédié ce mois-ci aux artistes suisses et l’autre espace montre un artiste un peu méconnu, Gregory Masurovsky, ami de David Hockney et d’Yves Saint Laurent, lesquels collectionnaient ses œuvres. Nous sommes aussi actuellement à Gstaad avec notre vitrine The Little Art Window où nous avons une très belle installation de Chiharu Shiota, une jeune artiste japonaise pleine de promesses.

Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans
Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans
Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans

Le blanc apporte beaucoup de lumière tout en donnant une certaine discipline à ma décoration dans le sens où cette couleur ne pardonne rien.

Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans
Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans
Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans
Natascha Wittgenstein et Tatiana, 14 ans

Inspiration déco...

Claudine Perrot et Matthieu Gautreau, <br>Nina 7 et César 3 ans

Claudine Perrot et Matthieu Gautreau,
Nina 7 et César 3 ans

On le cherche pour ce qu’il nous apporte d’apaisement ou encore d’épanouissement. Ce besoin d’équilibre dans notre quotidien qui nous pousse parfois à partir, à tout quitter. Une quête contemporaine qui se joue jusqu’à la scène de...

Vous aimerez aussi

1 commentaire

Bonjour,
Auriez-vous la référence du canapé du salon au tissu rayé svp ?
Je vous remercie !

Ajouter un commentaire