Le nouveau souffle de <br> l’hôtel Voltaire

Le nouveau souffle de
l’hôtel Voltaire

Toute l’équipe de l’hôtel Voltaire est présente pour nous accueillir ce matin-là. Sourires affichés, bonne humeur contagieuse : ainsi débute la découverte d’un établissement qui n’a décidément plus rien à voir avec son prédécesseur. Car le lieu a subi un véritable lifting. Et c’est à Louis-Paul Desanges, anciennement gérant du Studio des Ursulines à Paris, que la petite place… Voltaire le doit. Débarqué en 2017 dans la capitale camarguaise, le propriétaire de l’adresse aime à définir sa nouvelle acquisition comme un restaurant disposant de chambres plutôt que l’inverse. Une approche aussi singulière que réjouissante lorsque l’on passe à la généreuse table levantine de Tamir Nahmias et d’Or Michaeli. Deux compères dont le talent n’est plus à prouver – le premier ayant ouvert en parallèle le très bon Adar, passage des Panoramas dans le IIᵉ arrondissement parisien -, justifiant à eux seuls le déplacement dans l’écrin sur mesure repensé par l’architecte d’intérieur Éloïse Bosredon. Si le rez-de-chaussée de l’hôtel Voltaire abrite son âme en tables de terrazzo et nuances de rouge « Voltaire » (lui aussi), la suite des réjouissances se passe à l’étage. Cachés derrière une façade sixties qui n’a rien à envier à celles de la riviera française du Pierrot Le Fou de Jean-Luc Godard, les chambres et leurs balcons typiques achèvent de signer l’identité du bâtiment. Un nouveau repère à prix accessibles et à l’offre plus transgénérationnelle que jamais, tant au niveau de l’ergonomie (autant de disponibilités en dortoirs qu’en chambres doubles) que de l’esprit, l’ambiance de l’hôtel Voltaire étant assurée par le survolté collectif Bazar.cie, déjà aux commandes du Bazar Café et de Simone et Paulette, deux autres institutions locales.

Hôtel Voltaire, 1 Place Voltaire – 13200 Arles. Réservations par téléphone au 04.90.96.49.18 et sur www.hotel-voltaire.com

Le nouveau souffle de <br> l’hôtel Voltaire
Le nouveau souffle de <br> l’hôtel Voltaire
Le nouveau souffle de <br> l’hôtel Voltaire

Louis-Paul, vous avez une longue histoire avec le cinéma. Désormais vous êtes propriétaire de l’hôtel Voltaire. Que s’est-il passé entre-temps ?

Louis-Paul

Je me suis installé à Arles en 2017 après y avoir séjourné à de nombreuses reprises ces dernières années. Auparavant, je travaillais dans le cinéma en tant qu’exploitant (au Studio des Ursulines), scénariste et réalisateur. C’est une envie de renouveau professionnel et de lumière qui m’a amené dans le Sud. 

Quel lien vous unit à Arles ? 

Louis-Paul

On peut plus parler d’un coup de cœur pour la ville. Comme de nombreux Parisiens, j’ai été émerveillé par l’alliance de beauté, de créativité et de culture qui émane d’Arles. J’ai commencé par flâner longuement dans les rues, le long du Rhône… Cette agglomération est incroyablement ouverte, généreuse. Entre elle et nous s’installe assez rapidement une certaine forme de familiarité. 

L’hôtellerie, est-ce une reconversion, une envie de toujours – vous êtes déjà le propriétaire de Simone et Paulette – ou le début d’une nouvelle aventure ? 

Louis-Paul

C’est l’hospitalité au sens large qui me travaille ! L’alchimie difficile à prévoir avant de se lancer qui fait que la vie prend dans un lieu. Comme beaucoup, je suis sensible au caractère unique et incarné, humain en somme, des adresses que je fréquente. Que ce soit un café, une cantine, un hôtel-restaurant. Ce que je trouve passionnant, c’est de créer des lieux qui ne rentrent pas forcément dans les codes. 

Le nouveau souffle de <br> l’hôtel Voltaire
Le nouveau souffle de <br> l’hôtel Voltaire Le nouveau souffle de <br> l’hôtel Voltaire
Le nouveau souffle de <br> l’hôtel Voltaire
Le nouveau souffle de <br> l’hôtel Voltaire

En quoi l’hôtel Voltaire se distingue-t-il de l’offre hôtelière arlésienne ? 

Louis-Paul

La particularité de l’hôtel Voltaire est d’être plus un restaurant avec des chambres qu’un hôtel disposant d’un restaurant. Nous avons axé l’offre sur l’accessibilité en termes de prix, l’intégration dans la place et le côté transgénérationnel avec autant de disponibilités en dortoirs qu’en chambres doubles. Et puis c’est surtout l’architecture du bâtiment qui fait contraste, dès lors qu’on n’est pas dans une maison XVIIᵉ siècle !

Avec quelles volontés, quelle philosophie, avez-vous entrepris la réhabilitation de l’ancien hôtel Voltaire ? 

Louis-Paul

L’idée première était de respecter l’esprit des lieux. De magnifier l’architecture en place (qui date de la reconstruction), pour proposer une expérience unique dans la ville. Nous avons gardé le rouge « Voltaire » qui était déjà présent ainsi que les balcons typiques qui signent l’identité du bâtiment. Puis nous avons davantage ouvert le rez-de-chaussée sur l’espace de la place. 

Éloïse Bosredon – à la décoration – et le collectif Bazar.cie ont eu un rôle prépondérant dans ce projet. Pourquoi eux ? 

Louis-Paul

Éloïse Bosredon m’avait déjà séduit avec la réalisation de plusieurs lieux à Paris. Pour l’hôtel Voltaire, elle m’a proposé un projet totalement en phase avec notre vision. Un hommage à la Méditerranée, à la Provence, aux années 1960, tout en les adaptant à notre époque. Bazar.cie, qui s’occupe par ailleurs du Bazar Café et de Simone et Paulette, a un rôle d’animation, de gestion et de communication pour l’ensemble de ces adresses. 

Le nouveau souffle de <br> l’hôtel Voltaire
Le nouveau souffle de <br> l’hôtel Voltaire

L’idée première était de respecter l’esprit des lieux. De magnifier l’architecture en place (qui date de la reconstruction), pour proposer une expérience unique dans la ville.

Le nouveau souffle de <br> l’hôtel Voltaire
Le nouveau souffle de <br> l’hôtel Voltaire

Le restaurant a déjà fait ses preuves avec la cuisine de Tamir Nahmias et Or Michaeli jusqu’à devenir une adresse à part entière. Vous attendiez-vous à un tel succès ?

Louis-Paul

Tamir, outre son talent reconnu par tous, s’est beaucoup impliqué dans la réussite du projet. Sa cuisine, articulée autour de la convivialité, des saveurs et de l’excellence des produits, est particulièrement cohérente avec l’idée que nous avions de l’hôtel Voltaire. Ses inspirations, qui prennent racine dans les grands cafés populaires de Tel Aviv, sont à la fois enthousiasmantes et très neuves ici !

Que peut-on y manger ? 

Louis-Paul

Des mezzés pour se mettre en appétit, des grillades au feu de bois et surtout, on y découvre une façon de revisiter des produits connus avec de nouvelles saveurs !

Quelles adresses conseilleriez-vous à vos clients, familiers à Arles, ou au contraire, totalement étrangers à cette ville ?

Louis-Paul

En dehors des nôtres, je recommande systématiquement le Gibolin, le Chardon, la Mamma et Chez Félix, qui fait un excellent biryani. Et il y en a tellement d’autres ! Arles est une ville dont l’offre culinaire est particulièrement profonde, variée et propice à la découverte. Je suis loin d’avoir fait le tour de tous les restaurants de la ville ! 

Le nouveau souffle de <br> l’hôtel Voltaire
Le nouveau souffle de <br> l’hôtel Voltaire
Le nouveau souffle de <br> l’hôtel Voltaire
Le nouveau souffle de <br> l’hôtel Voltaire

Inspiration déco...

Armand Arnal et Céline Pujol

Armand Arnal et Céline Pujol

The Socialite Family continue ses pérégrinations arlésiennes chez l’une de ses figures : Armand Arnal. Chef étoilé émérite à la tête de La Chassagnette, temple du végétal accolé à un potager de plus de 2 hectares...

Vous aimerez aussi

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Socialite Newsletter

Moments capturés. Des intérieurs. Des personnalités. Chaque semaine, seulement pour vous.